Inconscience enfantine !

 

Eté 1988 peut-être…

Cette année, nous sommes partis en vacances. C’est rare, mais cette année, nous sommes partis. Mon oncle, ma tante, mes cousins et ma grand-mère sont là aussi.
Grâce à mon oncle, nous sommes tous partis à Aussois dans le centre de la France (je n’ai pas vérifié ma géographie depuis, mais à cette époque, c’était dans le centre selon moi). Nous logeons une très belle résidence où ma sœur et moi avons une grande chambre pour deux avec une belle baie vitrée devant laquelle se trouve comme une petite marche. Nous aimons jouer avec nos Barbies à cette endroit.
Ces vacances sont l’occasion pour ma sœur et moi de découvrir d’autres personnes. Nous sommes toujours restés dans les jupes de ma mère. Pas de colo, pas de centre aéré, rien, juste notre école. Mais là nos parents nous ont inscrits au centre d’activité où nous apprenons à faire de la musique pour faire un petit concert. J’ai pris le triangle. Avec nous, il y a une fille, Alice, qui est autiste ou trisomique, peut-être les 2. Elle se frappe toute seule. C’est la première fois que je vois quelqu’un comme elle. Elle me fait un peu peur…
En faite, ma sœur & moi, nous ne sommes pas très sociables. Comme des jumelles, on forme une unité. On a besoin de personne, on se suffit à nous 2 alors parfois on préfère ne pas aller au centre et rester sous la surveillance de ma grand mère, comme cette fois où nos parents sont partis en randonnée.

Pendant que nos parents sont partis à la rencontre des marmottes, ma grand-mère a décidé de nous emmener faire un tour dans la pseudo ville d’à côté. Tout un programme! De petites boutiques de souvenirs où ma grand-mère m’achète …je ne sais même plus ce qu’elle m’achète… une marmotte à faux poils peut-être à moins que ce soit ma mère qui me l’achète… bref rien de passionnant…
Après cette balade épuisante, nous passons à côté d’une église. Ma grand -mère, curieuse, veut entrer visiter l’église. Moi qui suit une tête de mule décide que non, je ne rentrerai pas dedans. Ma grand-mère abandonne les discussions en disant que je n’ai qu’à attendre dehors, mais elle, elle entre!
Ma sœur, prise entre 2 feux, ne sait quel camp choisir. Elle finit par suivre ma grand-mère mais ressort bien vite en disant que c’est nul!

Toutes les deux, devant l’église, nous attendons ma grand-mère. Mais elle est longue… Alors j’ai une idée lumineuse! Si, ça brille dans ma tête même! Nous n’avons qu’à rentrer seules, sans ma grand-mère à pied.
Je convaincs ma sœur que je connais le chemin, qu’elle peut avoir confiance. En fait, je n’en sais rien du tout, je sais juste que je vois la Résidence au loin alors elle ne doit pas être dure à atteindre. Et nous voilà parties toutes les deux sur le bord de la route, 2 fillettes de 7 et 8 ans.
Je ne sais pas la tête qu’à fait ma grand-mère en sortant de l’église, ni si elle a paniqué.
Tout ce que je sais, c’est que nos parents nous ont trouvé entrain de jouer aux Barbies seules dans l’appartement en rentrant de randonnée et qu’ils étaient étonnés de nous trouver là sans notre mamie. Nous avions eu de la chance, l’appart était resté ouvert et arrivées à la résidence, nous avions pu aller nous réfugier dans celui-ci.

Quand j’y repense, c’était vraiment de l’inconscience de ma part mais aussi de ma mamie, il aurait pu se passer n’importe quoi!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Post Author: MissBrownie

Je m'appelle Anabel et je suis maman de 3 enfants. Lilloise depuis 1998, je vous raconte mes aventures de famille à la fois douces et piquantes depuis 2008. Retrouvez moi également sur Instagram et twitter sous le pseudo missbrownieblog.

1 thought on “Inconscience enfantine !

    lanabc

    (30 décembre 2015 - 23:35)

    J’ai fait aussi ce genre de bêtise, petite je me suis perdue dans un supermarché, je m’en souviens encore

Laisser un commentaire