Sur le Bord de la Route

Leurs vêtements sont trop grands, ou trop petits.

Leurs vêtements sont parfois d’hiver en été ou d’été en hiver.

Leurs vêtements sont parfois des robes de cérémonie ou des costumes.

Leurs vêtements sont sales. Leurs visages, pieds et mains aussi.

Leurs cheveux ne sont pas coiffés. Les filles ont les cheveux comme du foin.

Ils ont 4, 5 ou 6 ans, presque l’âge de mon fils et ils passent leurs journées sur le bord de la route, là, sur ce trottoir d’une voie à fort passage, juste à côté d’un feu rouge.

Ils n’ont pas l’air malheureux. On lit l’insouciance des enfants sur leurs visages.

Ils jouent à chat perché sur une barrière, ils jouent à se pousser dans une poussette le plus vite possible en traversant le passage piéton. Parfois j’ai peur pour eux. Ils traversent la rue sans faire attention. Ils sont les petits rois du trottoir.

A chaque fois que le feu passe au rouge, ils viennent auprès des voitures pour mendier. Les paumes de leurs mains se rejoignant pour former comme une petite bourse, ils se collent aux vitres des voitures, le regard implorant. Si jeune, sans adulte pour les surveiller [ou alors l’adulte est caché dans un recoin], ils ont déjà ce réflexe.

A chaque fois que le feu passe au vert, ils retournent jouer.

Tous les soirs, sur le chemin de mon retour, celui où je vais retrouver mes enfants dans leur cocoon de la crèche ou l’école, je les vois . Ils sont là, sur le bord de la route. Leur présence me met mal à l’aise.

J’ai mal au coeur pour eux, et pourtant, ils n’ont pas l’air malheureux. Ils ont le sourire, peut-être plus que mes enfants. Leur vie est différente de celle de mes enfants, mais peut-être pas moins belle pour autant.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Post Author: MissBrownie

Je m'appelle Anabel et je suis maman de 3 enfants. Lilloise depuis 1998, je vous raconte mes aventures de famille à la fois douces et piquantes depuis 2008. Retrouvez moi également sur Instagram et twitter sous le pseudo missbrownieblog.

22 thoughts on “Sur le Bord de la Route

    Malou

    (19 juin 2008 - 14:37)

    Ici on est pas confronté à ça. Mais je suis sure qu’à leur manière ils sont heureux, peut être parce qu’ils vivent loin des contraintes de la société, qu’ils sont du coup plus libre même s’ils sont plus pauvres.

    Camille

    (19 juin 2008 - 15:05)

    Oui, peut etre qu’en fin de compte, ils ne sont pas malheureux. Ou peut etre que si.
    je sais pas, mais en tout cas, c’est un beau texte…

    e-zabel

    (19 juin 2008 - 16:10)

    Difficile de ne pas être sensible aux destins de ses enfants. J’en vois quotidiennement dans le metro à faire la manche dans les bras de leur mère (?), en fait, ça dépend l’heure de la journée, la mère change régulièrement, pas les enfants !

    Ptipimous

    (19 juin 2008 - 18:04)

    C’est un très beau texte. Je ne sais pas s’ils sont malheureux, ou même s’ils s’en rendent compte car ils ne connaissent que ça.

    Blandine

    (19 juin 2008 - 19:11)

    Comme quoi l’argent ne fait pas le bonheur! Je pense que quand on a rien, on se satisfait du moindre truc, je sais pas si tu vois ce que je veux dire mais par exemple, un enfant « normal » à qui on donne des épinards et qu’il n’aime pas, il va nous faire des manières pour ne pas le manger tandis qu’un enfant « pauvre », même s’il n’aime pas en sera content. Pour les jouets c’est la même chose!

    val

    (19 juin 2008 - 20:34)

    Très touchant, ce texte.
    Peut-être que si, ils sont peut-e^tre un peu malheureux tout de même, ou pas du tout… comment savoir?
    Mais, quel avenir ont-ils? Un jour leur insouciance cessera et la réalit és’imposera à eux…

    christèle

    (19 juin 2008 - 21:08)

    C’est vrai que ça fout carrement mal à l’aise, mais il n’y a pas de comparaison possible avec notre mode de vie (ni en bien ni en mal), c’est un autre univers

    Coralie

    (19 juin 2008 - 21:09)

    je ne sais pas si leur vie est plus heureuse… dns un certain sens, certainement…. mais ils doivent grandir tres vite ces petits!

    emanu124

    (19 juin 2008 - 22:13)

    Comme toi, difficile de dire si ces gosses sont heureux ou malheureux.
    Ils ont quand même une vie pas très facile.

    MissBrownie

    (19 juin 2008 - 22:25)

    oOo Malou oOo : C’est surtout dans les grandes villes que l’on est confronté à cela.

    oOo Camille oOo : Merci

    oOo e-zabel oOo : Alors les pseudos mamans ont le droit à des pauses, mais pas les enfants? Quand je suis venue à Paris, ça m’a fait tout drôle de voir un papa sur un matelas avec sa fille qui dormait sur lui, comme ça dans la rue, à côté des galeries Lafayettes…

    oOo Ptipimous oOo : Merci! En tout cas, la dernière fois que je suis allée au Quick, je lisais bien l’envie dans le regard d’une petite tzigane en voyant un cadeau Quick posé sur une table alors qu’elle n’en avait pas… Ca faisait mal au coeur. Ces gens vont au Quick ou payent leurs courses avec des tickets resto.

    oOo Blandine oOo : Parfois j’aimerai bien que mes enfants se rendent compte de la valeur de ce qu’ils ont dans leurs assiettes mais aussi de leurs jouets… »acheter », ils n’ont que ce mot à la bouche. Un jouet est moche ou vieux et il suffit d’en acheter un nouveau…

    oOo Val oOo : Oui, pour l’instant, ce ne sont que des enfants. Enfin ces gens ont des valeurs différentes des notres et ça suffit peut-être à les rendre heureux.

    oOo Christèle oOo : C’est clair!

    oOo Coralie oOo : Oui, c’est certain qu’ils grandissent vite! Ils sont vite livrés à eux même.

    oOo emanu124 oOo : Vivre en caravane sans eau courante , c’est sûr que ça n’a rien de facile.

    chocoladdict

    (19 juin 2008 - 22:42)

    au delà de l’argent, de bien matériel, je trouve préoccupant que ces gamins n’aient le droit à aucune éducation scolaire car comment être un jour un citoyen éclairé quand on n’a pas la chance d’avoir accès à la connaissance et plus basiquement quand on ne sait ni lire ni écrire…quel travail pourront-ils avoir?

    sounie

    (19 juin 2008 - 23:34)

    je pense comme chocoladdict ! tant qu’ils sont enfants, ils ont l’insouciance pour eux, mais après ?

    Babou

    (20 juin 2008 - 0:04)

    Il est très beau ce texte, et en même temps avec sa pointe de tristesse. Je suis confrontée à la même chose ici au maroc, et je ressens un peu la même chose que toi. Mon petit boutchou à moi, je lui donne tout, alors ça me fait de la peine de les voir mendier dans des vêtements trop courts pour eux…au bord de la route pareil…

    ithaa

    (20 juin 2008 - 0:37)

    Ca me rend malade moi aussi de voir des gamins dans cette situation, mais bon ils n’ont pas cette chance que les autres ont eu…Ca nous fait pitié mais on n’y peut rien…
    j’aime beaucoup ton texte ma belle!

    MissBrownie

    (20 juin 2008 - 9:54)

    oOo Chocoladdict oOo : Certains vont à l’école mais pas tous… Dans l’école de TiBiscuit, il y a des enfants de gitans, d’ailleurs le soir, les parents viennent les chercher en fourgonnette et mettent une dizaine d’enfants derrière. C’est marrant, parce que ces enfants là vont à la garderie. Pour les autres, leur travail sera de continuer à faire la manche ou ramasser de la feraille pour la revendre…

    oOO sounie oOo : Après… ils feront comme leurs parents…

    oOo Babou oOo : Bienvenue et merci! En Tunisie, je ne suis pas encore confrontée à la misère comme ça …

    oOo ithaa oOo : Merci ithaa! 🙂

    lili

    (20 juin 2008 - 10:48)

    Quel beau texte…
    Ce qui me révolte c’est qu’ils sont embringués dans tout cela dès leur plus jeune âge et que les parents se servent d’eux comme ça.
    Dans leurs jeux, ont retrouve des enfants, mais dans leurs yeux, beaucoup de gravité…

    Fleur2palmier

    (20 juin 2008 - 11:01)

    Touchant ce texte! Comme toi je suis mal à l’aise quand je les vois, mais je ne crois pas pouvoir faire grand chose pour eux. Il ne faut pas oublier qu’il y a un choix de vie derrière tout cela aussi.

    MissBrownie

    (20 juin 2008 - 12:06)

    oOo Lili oOo : Merci 😉 Oui il y a beaucoup de gravité dans leurs yeux… 🙁

    oOo Fleur2palmier oOo : Oui, leurs parents ont choisi pour eux.

    sarah

    (20 juin 2008 - 13:48)

    très jolie texte… pleins de questions…. pas de réponses..
    Je sui sjustement en train de lire « grâce et dénuement » d’Alice Ferney. tu l’as lu? c’est très beau…

    Vanessa

    (20 juin 2008 - 14:03)

    La vie n’épargne personne alors vraiment je préfère que mes pin’s en profite le maximum et tant pis si il y a plus malheureux ailleurs.

    Les enfants, y’a rien qui me touchent autant (avec les animaux). Ces petits bouts qui sont élevés tels que et n’ont pas d’autres repères. Je ne sais pas si ils sont malheureux. De là à dire qu’ils sont heureux….

    Très beau texte et je te comprends. Moi aussi je serais mal à l’aise.

    MissBrownie

    (20 juin 2008 - 14:19)

    oOo Sarah oOo : Bienvenue! Non, je n’ai pas lu ce livre. Je vais voir de quoi il s’agit 😉

    oOo Vanessa oOo : Merci Vanessa.

    Touwity

    (21 juin 2008 - 21:14)

    Ton texte est très joli. Je serai mal à l’aise aussi…

Laisser un commentaire