Une Histoire de A : Amour et Autorité

Le texte qui suit est purement fictif mais reflète mon questionnement …

Assise sur un tabouret dans le StarBuck Coffee face aux Galeries Lafayette, je me délecte d’un « White Chocolate Mocha » en guise de dîner. A ma droite se trouve un vieux monsieur. Son visage me dit quelque chose, mais il pourrait très bien être un petit papy croisé à l’hypermarché. J’ai la mémoire des visages sans toujours savoir resituées les personnes. Mais je suis curieuse …

L’Homme pose un badge sur le comptoir. Un badge pour un salon quelconque … et discrètement, dessus, je lis « Aldo Naouri ».

Aldo Naouri! Le célèbre pédiatre très controversé et critiqué !?

Je n’ai pas l’habitude d’aborder des hommes, je ne le fais jamais d’ailleurs, mais là, c’est un papy et surtout un pédiatre! Ayant lu une de ses interviews dans mon très célèbre magazine de la CAF [caisse d’allocations familliales pour les initiés], j’aurais quelques questions à lui poser… Je ne résiste pas à la tentation et rouge comme une pivoine, j’ose lui adresser la parole. Je suis assise juste à ses côtés, à 1/2 mètres tout au plus. C’est comme si nous étions en tête à tête.

Je n’ai pas lu son dernier livre. Je sais que ma soeur l’a car elle essaie de se faire un idée sur toutes les pensées du moment. Par contre, ce que j’ai retenu de son interview suite à la sortie de son dernier livre, c’est qu’il prône un retour à l’ancienne éducation, celle de nos parents, faite de frustration, d’autorité et de punition. Or, notre génération fait des enfants rois.

Je me présente comme une maman de 2 jeunes enfants, une maman qui a offert un cadeau à son aîné à la naissance de son 2ème, une maman qui a donné le sein à la demande, une maman qui laisse un doudou à ses enfants à plus de 3 ans, une maman qui donne encore le biberon à sa puce de 3 ans avec un câlin en prime, une maman qui parlait beaucoup à ses bébés, une maman qui justifie parfois ses ordres mais qui de temps en temps utilise le « parce que c’est comme ça », à court d’arguments ,une maman qui marchande souvent avec ses doudoux, une maman qui a voulu nourrir son TiBiscuit à tout prix mais à changer d’avis, bref tout le contraire de ce qu’il prône, mais une maman qui aimerait rétablir son autorité face à ses doudoux.

Je lui dis aussi que tout ce qu’il prône est bien beau [enfin bien moche parfois aussi], mais qu’il est resté avec sa vision qui date de ma grand-mère, de l’éducation de nos parents, une éducation faite à coups de martinet, une éducation avec laquelle mes parents ne se sont pas sentis aimés de leurs parents, une éducation qui ne connaissait pas la télé à outrance, les portables , Internet et les jeux vidéos …

Ma grand-mère est actuellement incapable de me conseiller en matière d’éducation. Pour ma grand-mère, je suis folle d’avoir choisie d’accoucher sans péridurale et d’avoir allaité car elle aurait utilisé tous les moyens modernes s’ils avaient existé à son époque.

Je ne suis pas aigrie, je ne crie pas, je n’agresse pas, j’essaie juste de comprendre son raisonnement… On nous dit bien maintenant qu’il ne fallait pas écouter Dolto, qu’elle est à l’origine des problèmes de nos enfants [facile de rejeter la faute sur quelqu’un comme ça…], Edwige Antier n’est pas toujours appréciée non plus dans ses propos, alors j’essaie d’analyser les différents avis, même si au final, je fais ce que mon coeur me dicte. Même si au final, je sais que je suis trop indulgente avec TiBiscuit parce que je me culpabilise encore de lui avoir donné une petite soeur si vite et qu’il n’ait pas profité plus de mon amour à lui tout seul…

Je ne suis pas en total inadéquation avec ses propos en ce qui concerne l’enfant et l’adolescent, mais je le suis en ce qui concerne le bébé… Autant qu’on y est, on emmaillote notre bébé, on le met dans son lit et on le laisse grandir comme ça, en lui donnant à manger toutes les 4heures froidement et en changeant sa couche … pire qu’à l’orphelinat …

Par contre, je suis d’accord sur le fait qu’il faut rétablir l’autorité et le respect … bien souvent mes doudoux ont la mauvaise manie de me prendre pour leur copine. Mais je réagis vite en leur disant « Je ne suis pas ta copine, je suis ta MAMAN! On en parle pas comme ça à sa maman, ni à son papa! Tu le fais avec tes copains si tu veux mais pas avec moi! »

Y a t’il seulement une bonne méthode d’éducation? Ou plutôt une méthode par enfant !?

Comment réagit Aldo Naouri à mes propos, que me répond-t’il? Je n’en ai aucune idée, ce billet est purement imaginatif !

Si vous ne recevez pas les newz de la CAF ou les jetez directement à la poubelle , voici un rappel de ce que disait Aldo Naouri :

Tout ce qu’il ne faut pas faire avec son bébé

Alimentation à la demande
Dès le début du troisième mois, elle devrait faire place à une alimentation réglée-au quart d’heure près.
Ne pas faire du sein de la maman-ou du biberon-une « station-service » à laquelle le bébé puise dès qu’il en a envie !

Le cadeau à l’aîné au moment de la naissance du deuxième

Catastrophique ! L’enfant sent notre crainte que cette naissance le fasse souffrir – ce qui ne sera pas forcément le cas – et devine qu’on l’achète. C’est la porte ouverte à la pire des jalousies.

Le doudou
Si tant est que le bébé en ait besoin, pas question de maintenir le fameux « objet transitionnel » cher à Donald Winnicott [pédiatre et psychanalyste anglais notamment connu pour son travail sur la relation d’attachement mère-enfant, NDLR] au-delà des 2 ans de l’enfant.

Le biberon du matin maintenu jusqu’à 5 ou 6 ans
Epouvantable ! Il doit être supprimé au plus tard à la fin de la deuxième année. Idem pour la sucette. Mieux vaut un enfant qui ne boit pas de lait le matin qu’un enfant qui continue de téter alors qu’il sait boire au bol.

Parler au nourrisson
Quand on a quelque chose à lui dire, oui ! Mais le soûler de paroles et commenter vainement le moindre de ses gestes, « je t’enlève ton chausson, je te fais un baiser », non !

Justifier un ordre
Un ordre justifié n’est plus un ordre. On peut éventuellement donner une explication si l’enfant la demande, mais seulement une fois que l’ordre a été exécuté, et elle doit être rapide.

Marchander : « Si tu fais ça, tu auras ça »

Dramatique ! C’est montrer à l’enfant que l’on ne se sent pas dans son droit, c’est le placer à égalité et l’inviter à négocier en permanence.

Nourrir l’enfant à tout prix
Mieux vaut sortir gentiment un enfant de sa chaise haute s’il n’aime pas sa purée, quitte à ce qu’il attende le repas suivant pour se nourrir. S’il est trop tard et que l’on a accoutumé l’enfant à choisir son menu dès son plus jeune âge, alors tant pis. Qu’il se nourrisse exclusivement de jambon-purée pendant des années, jusqu’à ce qu’il se lasse… On ne doit pas introduire de rapport de forces dans l’alimentation.

Ritualiser le coucher
Le brossage des dents, le pyjama, la chanson, l’histoire, le câlin, la petite lumière pour dormir, etc. Erreur ! Ces rituels qui colonisent aujourd’hui les chambres d’enfants pour les rassurer au moment du coucher en font de vrais obsessionnels. Et donnent un statut à leur peur ! Mieux vaut le soir fermer la porte de l’enfant et le laisser gérer son temps comme il le souhaite-à condition qu’il ne revienne pas au salon-jusqu’à ce qu’il s’endorme

Tout ce qu’il ne faut pas faire avec son enfant

Le câlin du matin dans le lit des parents

Les psychologues sont unanimes pour l’interdire. C’est plus facile à dire qu’à faire. J’estime qu’on peut l’autoriser à une condition : être habillé décemment. L’enfant ne doit jamais, même à cet âge, avoir accès à l’intimité de ses parents. On ne se rend pas compte à quel point un corps nu d’adulte, qui plus est de parent, peut être troublant, déstabilisant pour un enfant.

Frapper un enfant qui frappe

Fréquemment adoptée par les parents, elle n’est pas la solution. De même que mordre un enfant qui mord pour lui montrer ce que ça fait. L’enfant qui se comporte ainsi est un timide inhibé qui découvre son intérêt pour l’autre et essaie d’entrer en contact. Il faut lui expliquer qu’il a raison de chercher à se faire des amis, mais qu’il s’y prend mal, et lui proposer une autre approche, la caresse, par exemple. Il corrigera de lui-même son comportement.

Sacraliser le premier jour à l’école

Un matin comme un autre. Et le soir il suffit de lui demander comment sa journée s’est passée. A trop vouloir en faire on prend le risque de communiquer sa propre anxiété à son enfant. La crainte du parent peut à elle seule traumatiser l’enfant.

Dédramatiser les mauvaises notes
Une mauvaise note ne doit pas passer pour quelque chose d’anodin. Au minimum, elle doit faire l’objet de commentaires. Au pis, d’une punition s’il y a accumulations et que l’enfant ne fait aucun effort.

Lui donner raison contre l’enseignant

Les professeurs sont là pour enseigner et l’enfant pour être enseigné. Cette hiérarchie n’a pas à être remise en question au prétexte que la maîtresse donne trop de travail ou qu’elle est trop sévère. La meilleure attitude en toutes circonstances est de défendre l’enseignant auprès de l’enfant, dès la première année à l’école. Faute de quoi on ne le prépare pas à la réalité du monde du travail.

Intervenir dans les conflits entre frères et soeurs

Au contraire. Il ne faut surtout pas se mêler de régler les disputes à propos des jouets, par exemple, car elles sont formatrices. L’enfant prend conscience de son environnement, de la place qu’il y occupe et apprend à créer des alliances. On les laisse se disputer à leur guise, sauf si cela devient intolérable. A ce moment-là le parent doit intervenir. Quitte à les punir tous, sans avoir à le justifier autrement qu’au nom de son propre confort. Réagir en tant que parent égoïste rétablit la saine hiérarchie parent/enfant.

L’anniversaire avec toute la classe

Il ne faut pas que l’anniversaire ressemble à une noce. Sinon vous le mettez dans une position intenable, au centre de tout, dans un sentiment vertigineux de toute-puissance. Mieux vaut une petite fête avec trois copains qu’avec vingt gamins. Mais les parents veulent souvent renvoyer une image positive de leur enfant et d’eux-mêmes vis-à-vis des autres parents

Tout ce qu’il ne faut pas faire avec son préadolescent

Lui interdire de grignoter toute la journée
Tout dépend. Si le jeune adolescent a des dépenses énergétiques importantes qui lui permettent de manger plus, tout en n’ayant aucun problème de poids ou de santé, pourquoi interdire ? Sinon, il faut l’empêcher de grignoter et d’acheter des produits de grignotage. Car se contenter de lui dire d’arrêter le chocolat et en avoir plein les placards est totalement inutile.

L’autoriser à ne pas prendre tous ses repas en famille
Absolument pas. Quel que soit son âge. Cela paraît dictatorial, mais peu importe. J’ai assez vu des personnalités se déliter chez des adolescents qui manquaient de repères. Le repas de famille en est un. En outre, il est une formidable occasion d’échanges.

Lui interdire de choisir lui-même ses vêtements
Ce qu’un enfant déteste par-dessus tout, c’est être différent des autres. Il voudra donc être lui aussi « à la mode ». Pourquoi l’en empêcher ? Ce qui n’interdit pas d’avoir un discours critique sur la pression publicitaire qui transforme les petites filles et les petits garçons en « déjà adultes »…

Il lui faut un téléphone portable
Aucun intérêt avant l’adolescence. Le parent ne doit pas céder. Eduquer, ce n’est pas séduire. C’est le contraire. Les parents sont condamnés à être aimés et haïs par leurs enfants, quand ils les punissent ou qu’ils leur interdisent quelque chose. Et ils ne peuvent éviter ni l’un ni l’autre.

Ne pas donner d’argent de poche
Pourquoi ? Ce n’est pas inutile pour aborder avec lui la question de l’argent en général. A condition que ce ne soit pas avant 9-10 ans. A lui de décider ce qu’il veut en faire.

Libre accès à la télé ou à l’ordinateur
Là encore, ne pas avoir peur de se montrer autoritaire. C’est au parent de décider combien de temps l’enfant peut regarder la télé. Il faut des règles : trois heures par jour, uniquement le week-end, ou forcément avec l’un des parents. On dose en fonction de l’âge et des résultats à l’école. En revanche, ne jamais oublier que la télé, comme l’ordinateur, est une distraction à laquelle l’enfant a droit s’il a fait tout ce qui devait être fait : le bain, les devoirs…

Parler avec lui de sexualité
C’est devenu courant, et c’est à éviter. Il s’est créé tout un marché de livres pour enfants sur le sujet. A un préado qui vous demande conseil : « Trouve-toi une copine ou un copain pour en parler » est la seule bonne réponse. Pas question de devenir le confident des amours de son enfant, pas plus qu’il ne doit l’être pour ses parents. Il faut que la barrière soit la plus étanche possible. Et ne jamais recevoir le petit flirt à la maison, ou alors pas en tant que tel. Si vous commencez à intervenir dans les amours de votre préado, vous serez avec lui dans son lit quand il aura sa première relation sexuelle.

L’autorisation de minuit
Pas question, même avec un préadolescent. Il va à une boum avec ses copains, il doit être rentré à une heure précise-22 heures, par exemple. S’il va au cinéma, et que la séance finit à 19 heures, c’est 19 h 15 à la maison. Et ce n’est pas négociable. Ce qui caractérise le préadolescent, c’est un sentiment de profonde insécurité, il a donc besoin de parents responsables. Le brider le sécurise.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Post Author: MissBrownie

Je m'appelle Anabel et je suis maman de 3 enfants. Lilloise depuis 1998, je vous raconte mes aventures de famille à la fois douces et piquantes depuis 2008. Retrouvez moi également sur Instagram et twitter sous le pseudo missbrownieblog.

43 thoughts on “Une Histoire de A : Amour et Autorité

    Electromenagere

    (15 octobre 2008 - 12:09)

    Pffiu ! a vrai dire je ne lis jamais ce genre de livres, et je n’écoute jamais ces principes d’éducations. Parce qu’une fois que tu mets le doigt dans l’engrenage, tu finis toujours par te dire « je suis une mauvaise mère ! » Alors bon, je fais comme je le sens et je ne culpabilise pas !

    @ C’est clair qu’après tu te sens toujours comme une mauvaise mère, mais parfois le regard des autres suffit… Enfin hier le regard que j’ai jeté à une maman qui donnait une fessée à ses garçons parce qu’ils étaient à 1m d’elle avant même de leur demander calment de revenir, a du lui faire penser qu’elle était une mauvaise mère… Elle était sûrement déjà bien énervée… 🙁

    zalapabelle

    (15 octobre 2008 - 12:11)

    Ah ah je l’ai acheté cet été juste pour en parler sur mon blog… Et pourtant, je n’ai pas réussit à le lire. Il me gonfle un peu en fait !

    @ Donc finalement tu l’as acheté mais tu n’en parles pas sur ton blog 😉

    juju

    (15 octobre 2008 - 12:22)

    bein moi je trouve bizarre qu’ils publient ca dans le magazine de la CAF….. je suis pas contre tout ce qu’il dit, y’a du B.A. ba selon moi… mais bon…. je sais aps je trouve ca bizarre.

    en tousc as tu as été bien plus sérieuse que moi sur le coup hein mdr

    @ Dans le magazine de la CAF, ils publient souvent des trucs bizarre comme leur dernier article sur l’allaitement par exemple… Sinon, en effet, j’ai fait plus sérieux que toi 😀 Mais j’aurai bien invité Guillaume Musso aussi 🙂

    pivoine

    (15 octobre 2008 - 12:34)

    Ben dis donc quel sérieux, j’ai fait un truc à la con encore moi 😉

    Enfin, je dirais que je n’écoute plus les pédiatres, les conseils, je ne lis plus aucun magazine ni livre sur la façon dont je dois élever mon fils.
    Je fais comme je veux et comme je le sens point barre.

    je n’allaite pas si je n’ai pas envie, je ne dors pas avec mon gosse manquerait plus que ça, il a son doudou si il veut et encore il s’en fiche un peu, si il n’a pas faim il sort de table ça lui fait les pieds, il regarde la télé et alors je dirais même mieux il boit son biberon du matin devant, je ne lui lis pas d’histoires avant d’aller au lit ça me gonfle et il s’en fout tout ce qu’il veut c’est se retrouver seul dans son lit et blablater en douceur (ça me fait marrer de l’entendre dans le babyphone, et oui j’ai un babyphone mon appart est bien isolé et insonorisé (pas contre la voisine du dessus hélas!), il sera fils unique pourri gâté par des parents sans doute trop vieux qui vont céder pour avoir la paix …

    Et je suis une mère formidable! (F)

    @ MDR par il sera un enfant pourri gâté point barre 😀 Mais oui, tu es une maman formidable!

    annick

    (15 octobre 2008 - 12:46)

    bon, j’ai pas d’enfant, je ne vais donc pas faire beaucoup de commentaire. juste une chose à propos de la tutute et du biberon, effectivement l’arrêter le plus tôt sera le mieux parce que la succion régulière d’un objet empêche la mâchoire de se placer correctement et la déglutition de passer du stade infantile au stade adulte et donc provoquer des défauts de prononciation difficiles à corriger parfois.

    après ça, je pense que tous les psychologues ont du bon, mais qu’il ne faut pas suivre tous leurs préceptes à la lettre. un peu de ceci, un peu de cela et beaucoup d’amour.

    perso j’ai été élevée avec autorité, avec frustration, avec des non inexpliqués, avec des règles etc… aujourd’hui je dis merci maman.

    @ C’est vrai que TiBiscuit avait des défauts de prononciations à cause de la tutute car il plaçait mal sa langue mais 1 an après la perte de la tutute, tout est rentré dans l’ordre. OUF!

    Dom

    (15 octobre 2008 - 13:09)

    Le truc serait il de suivre le fameux instinct qui n’existe pas ?

    4 enfants, 4 méthodes d’éducation différentes, car 4 enfants différents. Ce qui marche avec l’un ne fonctionne pas toujours avec l’autre, savoir s’adapter, c’est aussi cela éduquer ses grumeaux.

    @ Je suis bien d’accord avec toi! 🙂

    celine1st

    (15 octobre 2008 - 13:18)

    Par principe j’étais contre les idées de ce monsieur. Mais je n’avais pas pris le temps de lire pour pouvoir juger sur pièce. Tu me donnes quelques infos importantes.

    Pour le moment, j’ai fait TOUT le contraire de ce qu’il dit pour un bébé. Et le mien a 16 mois va bien, pauvre petit délinquant en puissance 😉

    Bref je suis toujours contre ce genre de Vérité unique! Ca me gonfle.

    Mais ton article est très intéressant 🙂

    @ Pour le bébé, j’ai quasiment fait tout le contraire moi aussi, par contre pour l’enfant et l’ado je ne suis pas contre tous ses principes. Merci 😉

    Flannie

    (15 octobre 2008 - 13:31)

    Ah toi aussi tu tiques sur les propos d’Aldo ? L’année dernière, on a essayé de me faire lire son livre mais il y a des points qui me dérangent vraiment.

    @ En effet, les points qui concerne le bébé me dérange pas mal 🙁

    Flannie

    (15 octobre 2008 - 13:39)

    Tu sais, tu ne dois pas culpabiliser vis à vis de Tibiscuit. J’avançais un peu ce sentiment vis à vis de Troispommes mais ce qu’il a gagné en ayant maintenant une petite soeur est incroyable. je pense que c’est la même chose pour ton grand, non ?

    @ Je pense que désormais il n’imagine même pas possible de ne pas avoir une petite soeur

    chocoladdict

    (15 octobre 2008 - 13:43)

    à part le fait de ne pas avoir de rapport d’horizontalité avec nos enfants aujourd’hui comme c’est parfois le cas (quand on leur demande par exemple de faire des choix à un âge où ils en sont incapables), j’ai du mal à plébisciter les propos d’Aldo Naouri. Quant à Dolto, si décriée, après avoir lu Ma dolto, je la trouve très moderne au contraire…ce sont les interprétations, les déformations qui posent problème mais Dolto n’a jamais dit qu’on ne devait pas fixer de limites à un enfant, ne pas dire NON. Je lis pas mal de livres sur l’éducation et après j’essaie de m’en détacher, de me faire ma propre opinion et d’écouter aussi mon coeur ) (L)

    @ Je n’ai jamais lu dolto, j’ai juste lu un article où ils disaient qu’elle était responsable de comportement actuel des parents… n’importe quoi…Je crois aussi qu’il faut se faire sa propre opinion et écouter son coeur.

    My

    (15 octobre 2008 - 13:44)

    Comme tu sais je lis ce livre, mais pas comme un roman,
    je pioche selon les parties qui m’intéresse.
    Et je peux te dire qu’il est loin d’être aussi vieille école qu’on en tire des conclusions rapides.
    Tout comme Dolto a été mal interprétée, réinterprétée et finalement des informations rapiécées se disent et se prennent pour argent comptant.
    J’ai aussi un livre d’Edwige H., c’est du Dolto, et c’est faux aussi de croire qu’elle prone l’enfant roi.

    Effectivement A. Naouri conseille d’arrêter le bib et le doudou après 2 ans, mais il ne dit pas non plus de le confisquer brutalement.

    @ Il faudra que tu me prêtes le livre quand tu l’auras fini 😉 Parce que le livre de Super Nanny, bof bof LOL

    My

    (15 octobre 2008 - 13:49)

    Je suis plutot du genre maternante, mais je crois que si les propos de Naouri « gonfle » c’est parceque ça saouele pes parents d’aujourdh’ui, avec leur rythme et le peu qu’il voit bibou, de se « prendre la tête ».
    C’est fatiguant d’avance.

    Perso j’y ai trouvé des réponses et des aides, et je me trouve pas « mégère » et directive pour autant.

    @ C’est clair qu’on a pas toujours envie de se prendre la tête! Sinon tu adhères peut-être à certains principes mais toi aussi tu donnais à manger à la demande 😉 Et non, tu n’es pas mégère, ni directive 🙂

    Sandra Elle

    (15 octobre 2008 - 14:14)

    Mouai…………;j’ai donc tort sur pas mal de point!!! Pas grave je m’en fous!! Je continue à faire comme je le ressans et j’avoue par contre lire parfois les conseils d’Anne Baccus (collection MArabout) qui me réconforte du coup!

    @ Tiens je ne connais pas Anne Baccus… Si tu veux, moi aussi je peux te réconforter 😀

    Petite Fée

    (15 octobre 2008 - 14:33)

    Je ne peux pas juger car pas encore maman, mais c’est que je me surprend parfois à me dire que je ne ferais pas si ou ça ou comme si mais au final je ne sais pas du tout comment je vais réagir devant mon propre bibou 🙂

    @ Avant d’avoir des enfants, je me faisais aussi beaucoup d’illusions ! 😉

    ratounette

    (15 octobre 2008 - 15:21)

    Je suis d’accord avec lui sur certains points, par contre sur d’autres je suis a l’opposé!
    Capuchou a encore ses doudoux pour aller au lit et il a 5 ans, il boit toujours son bib le matin, il regarde la télé (plus le matin c’est fini), il vient nous faire un calin le weekend dans notre lit, il a dormi avec nous quand vers 18 mois il avait peur de qqch et se reveillait 100 fois par nuit.
    Par contre, il est clair qu’un gamin qui ne veut pas manger ce qu’il a dans son assiette mais qui reclame le dessert, je le sors de table et il mangera mieux au repas suivant!!!

    Je pense qu’il faut faire comme on le sent, tout en restant ouverte aux conseils !

    @ Comme toi, si un des doudoux ne veut pas manger, il n’a pas de dessert non plus, faut pas pousser! Nanmého 😀 Déjà fini la rencontre entre bloggeuses?

    Lodi

    (15 octobre 2008 - 15:49)

    Extrêmement intéressant. C’est un sujet que je connais mal, et qui pourtant me passionne (cf, mon propre tête à tête).

    a) Je suis tout à fait opposée au fait de ne pas parler au bébé. Le fait est que dans notre famille, nous avons l’habitude de beaucoup parler au nourrissons, et nous avons remarqué que les bébés chez nous parlent beaucoup plus tôt que la moyenne, et surtout parlent par la suite un très bon français.
    Sans vouloir être vieille france, c’est quand même un sacré avantage.

    b) Par contre, je trouve très justifié ces deux points : ne pas avoir à justifier un ordre et ne pas marchander. Ici, je pense qu’il a raison. Un ordre est un ordre, et l’autorité est un mal nécessaire. Ce qui ne veut pas dire qu’il faut former de parfaits petits soldats qui obéissent sans réfléchir. Il y a des moments de dialogue avec l’enfant, et des moments où l’on est dans l’action. Si l’adulte est prêt à se remettre en question dans les moments d’échange, je pense que l’autorité passe beaucoup mieux dans les moments où on doit obéir.

    c) Les problèmes concernant la nourriture et la sexualité me posent personnellement beaucoup de problèmes. Aldo a peut-être raison en ce qui concerne la nourriture. J’aimerais bien avoir d’autres avis sur la question. Quant à la sexualité, je pense par contre qu’il a tord. Mais là encore, il me manque d’avoir d’autres avis.

    d) Enfin un détail dont je ne mesurais pas l’importance : l’intervention dans les conflits entre frères et sœurs. Aldo n’a peut-être pas tord. Je ne me suis jamais posé la question, mais je pense que c’est à creuser.

    Voilà en quelques mots ma lecture de cet article. Merci en tous cas d’avoir abordé le sujet, c’est très enrichissant. Pour ma part, je ne crois pas que ne pas écouter et faire ce qu’on estime le mieux soit forcement la meilleure solution. Être capable de se remettre en question est quand même quelque chose de primordial. Cela dit, c’est peut-être facile à dire quand on n’a pas d’enfants soi-même et qu’on ne fait que s’occuper de ceux des autres 🙂
    Bref, merci encore pour cet apport (non, je ne reçois rien de la CAF).

    @ Merci de ton point de vue 🙂 Ne pas marchander, j’ai beaucoup de mal à ne pas y avoir recours même si je sais que ce n’est pas une solution… j’essaie d’éviter les conflits en faisant ça, ça ne fait pas avancer malheureusement… 🙁

    Ninon

    (15 octobre 2008 - 17:04)

    Les extraits que tu donnes, s’il ne s’agit pas de raccourcis du prospectus de la CAF, me paraissent carrément exagérés… j’ai l’impression que mes enfants sont plus vieux que les vôtres (14 et 10 ans) et tout ce que je sais d’Aldo Naouri, c’est le précepte de ne jamais justifier ses ordres, que je trouve excellent et que j’avais déjà vu dans un autre bouquin, nettement plus cool, « comment ne pas être une mère parfaite », de Libby Purves. En tout cas ce principe-là au moins me paraît fondamental. Il ne s’agit pas forcément d’être sergent major, mais se justifier, en tant que parent, c’est passable quand il a huit ans, à la limite, mais c’est quand il atteint l’adolescence que c’est l’horreur. Je ne sais pas comment j’ai senti le vent tourner avec mon aîné, assez raisonneur, mais dès qu’il a eu 10 ans, tout d’un coup, je me suis mise à lui dire : « Là, on va faire ça, maintenant – parce que c’est comme ça, c’est MOI qui décide » et ça m’a pas mal aidé. Et j’ai béni le ciel de mon idée, parce que j’ai vu des ados reprocher sans rire à leur mère de ne pas faire ceci ou cela pour eux, alors qu’elle court toute la journée pour faire les courses, le boulot, etc…
    Le résultat, c’est que je peux lui dire maintenant : »Non » (et c’est incroyable le nombre de mamans qui ont du mal à dire non à leur enfant, tout simplement parce que, furieux du refus qu’on leur oppose, ils partent furieux et de mauvaise humeur dans leur chambre), et que j’ai aussi le plaisir de le voir se donner le mal de tenter de me convaincre (ce qui est beaucoup plus sympa que de considérer les choses comme un dû), quand il veut faire quelque chose ; il déploie alors une panoplie d’arguments, et propose des contreparties (si tu veux, comme tu vas m’emmener là et que tu n’auras pas le temps de faire ça, moi, je pourrais faire ci et ça pour t’aider) – du coup on dialogue, et c’est sympa – je ne suis pas opposée à tout – mais parfois, simplement fatiguée.
    Si j’avais continué dans le dialogue et l’exposé de mes différents points de vue quand il me demandait quelque chose, je crois que j’en serais toujours là : j’exposerai mon point de vue, et lui le sien, à égalité. Or, en disant « NON, on va faire comme je veux, point », j’ai obtenu que mon point de vue ait plus de poids, et ça tombe bien : parce que la maison, le ménage, les courses, c »est quand même moi qui les gère…

    C’est le seul point qui me paraisse fondamental.
    Mais j’ai beaucoup lu Dolto et à mon avis on l’interprète mal : elle prône le dialogue, ou la parole, mais pas le laisser-aller, en fait, mais moi je parle tout le temps, je suis bavarde, et c’est parce que je l’ai lue et elle pronait le dialogue. Je dialogue, je parle pour leur dire, c’est moi le chef. Je pense que c’est important de parler et de rire, et même de jouer avec ce côté « A la maison c’est comme à l’armée ». Quand je leur demande d’aller se doucher, parfois ils foncent dans la salle de bains en hurlant « Chef oui chef ». (Surtout que bon, à la maison, ce n’est pas comme à l’armée, c’est vraiment, mais alors vraiment une façon de parler…).

    @ Je trouve ça très bien que tu ais réussi à instaurer ce genre de relation avec tes enfants. C’est clair que je devrais sûrement m’adapter quand les doudoux grandiront.

    Charles

    (15 octobre 2008 - 17:05)

    oui je me suis toujours dit, comment vous les mères receviez ce genre de « conseils-recommandations »
    pour une amie assistance sociale dans le milieu de l’enfance, j’ai réalisé un mémoire (oui je suis hyper sympa) sur la psychanalyse des couples et la vie de l’enfance en leur sein. Je dois dire que je me suis mis à la place d’une femme qui recevait ce genre de conseils plutôt sous forme de reproche et pour tout t’avouer je me suis tellement mis dans votre peau que je me suis senti blessé, comme si ce que je faisais avec mon enfant était la mauvaise chose, que je m’y prenais mal. Même si ce n’est pas son but premier le psychologue ou psychiatre amène toujours à se poser des questions, mais souvent cela s’impose à nous.
    tu vois c’est un peu comme une analyse de texte littéraire, je n’ai jamais compris pourquoi il y avait une manière de lire voltaire ou proust. il faut bien évidemment prendre en compte le contexte, mais on ne peut se transposer dans la tête de l’auteur, ou bien alors on ne doit pas en dégager une règle, pourtant dans les cours que je suis parfois, on impose une façon de lire Proust, alors qu’il en existe plein.
    Je pense que lire, vivre et élever nécessite de prendre conseil, mais toujours de garder une distance, pour ne pas culpabiliser de ne pas comprendre le livre, ou de se dire que l’on est une mauvaise mère.

    c’est pour ça qu’après avoir lu beaucoup d’ouvrages de ce type, je me suis dit instinctivement : « merde mon gosse je l’élèverait à ma façon » autant l’homme n’aime pas recevoir des leçons (fierté masculine idiote) autant je pense que dans le domaine de l’enfance, la mère non plus n’aime pas qu’on lui dise ce qu’elle doit faire, implicitement ou non.

    @ Les reproches je les accepte et quand ils sont justifier j’essaie de m’améliorer mais je fais aussi avec mon instinct, mon coeur 😉

    Ninon

    (15 octobre 2008 - 17:06)

    Mon dieu, j’ai écrit un pavé !

    @ C’est que mon billet t’a fait réagir, c’est bien 🙂

    Charles

    (15 octobre 2008 - 17:07)

    et bah j’ai pas fait plus long que mes deux précédentes comparses -_- »

    p-e parce que je ne suis pas encore Papa ^^

    m’en fiche d’abord :-O ce soir je vais regarder grey’s anatomy et miamer mon tiramisu maison (^)

    @ Nous aussi on va regarder GA, même si j’ai déjà tout vu 🙂 Mon Homme non donc… Et pour le tiramisu, je vais appeler ma maman pour qu’elle en fasse un samedi prochain 😛

    Charles

    (15 octobre 2008 - 17:08)

    Mais non Ninon, moi j’ai tout lu ^^

    …. et j’écris quand je veux ici naaa ! 😛 (je suis sûr que c’est une tête perverse encore ton smiley là)

    Sandra

    (15 octobre 2008 - 17:57)

    coucou ma belle
    alors moi je dis bravo à ce môssieur de m’avoir éclairer par ton intermédiaire, je faisais tant de conneries , c’est incroyable……… ouf grâce à lui mes enfants recevront dorénavant une meilleure éducation , je vais de ce pas acheter ce livre et ne pas le lire , le pauvre vieux , il a besoin de sous peut être… 😉 😉 😉

    mais pourquoi tout le monde ne crie pas haut et fort , que cet homme est le seul à avoir reçu le mode d’emploi
    merci pour ce petit intermède éclairant sur les idées des uns et des autres..
    bizz
    sandra

    @ De rien Sandra 😉 Chez les maisanges, on est bien loin de ses préceptes! 😀

    Didou

    (15 octobre 2008 - 18:25)

    J’ai résolu le problème… Pas de ‘titboulet !!! Je laisse les autres faire ça pour moi, elle le font tellement bien (pas que je ne le ferai pas bien, mais ça me gonflerais vite…). Bisous Miss !

    @ C’est une solution 😉

    MamanCélib

    (15 octobre 2008 - 18:27)

    Je crois qu’il y a des choses très justes dans ce qu’il dit (notamment sur la frustration : on ne peut pas, me semble-t-il, tout donner à l’enfant. Il faut qu’il comprenne que le NON existe et qu’il apprenne à accpeter les refus…) mais, sur d’autres positions, je le trouve bien trop extrême !

    @ Je suis d’accord, les enfants ne peuvent pas croire que tout est possible dans la vie.

    mamzellescarlett

    (15 octobre 2008 - 18:12)

    Chez Naouri il y a à boire et à manger, de plus il a une facheuse tendance à parfois se contredire dans ses propos. (je l’ai vu lors d’une émission tv où il sert de coach à des parents déboussolés). Pour tout ce qui concerne les repères et les limites, je suis entièrement d’accord, après c’est sur les manières à employer que je le trouve à côté de la plaque. Et puis, ça sent un peu la naphtaline tout ça !

    @ Mdr pour la naphtaline! C’est tout à fait ça 😀

    annouchka

    (15 octobre 2008 - 19:39)

    Waouh, encore mieux que Super Nanny :-O

    Je prend note du bouquin pour les années à venir; parce que apparamment c’est pas du gâteau, d’éduquer ses enfants 🙁

    @ Et non, ce n’est pas si facile qu’on le croit …

    Touwity

    (15 octobre 2008 - 20:06)

    Parler avec lui de sexualité : C’est devenu courant, et c’est à éviter. Il s’est créé tout un marché de livres pour enfants sur le sujet. A un préado qui vous demande conseil : « Trouve-toi une copine ou un copain pour en parler » est la seule bonne réponse. Pas question de devenir le confident des amours de son enfant, pas plus qu’il ne doit l’être pour ses parents. Il faut que la barrière soit la plus étanche possible. Et ne jamais recevoir le petit flirt à la maison, ou alors pas en tant que tel. Si vous commencez à intervenir dans les amours de votre préado, vous serez avec lui dans son lit quand il aura sa première relation sexuelle.

    <<< je trouve ça tout simplement hilarant ! C’est plutôt un bon signe de confiance si un ado se confie à sa mère ou à son père niveau sexualité… Non?

    @ Mais certains parents n’ont peut-être pas tout envie de savoir sur la vie sexuelle de leurs enfants… savoir qu’ils se protègent et déjà une bonne chose. Ado, je trouvais ça dingue que des parents acceptent les petits copains à dormir alors que leurs enfants avaient à peine 15 ans!

    e-zabel

    (15 octobre 2008 - 21:22)

    un excellent billet pour répondre au post du mois, bravo !
    Ce pédiatre fait beaucoup parler… je suis assez proche de toi en disant que je partager plus ses idées sur les enfants et ado mais moins sur les bébés !
    De mon côté, c’est vrai que j’ai arrêté le bib pour choupi a ses 3 ans presque et demi, que ni l’un ni l’autre n’ont un doudou mais ça je n’ai pas influé là dessus, ils en ont pas choisi en fait.. bref, ce qui me choque c’est le côté très autoritaire de son discours mais en même temps que je suis ferme avec choupie… ba ça marche…. pas si mal !

    @ TiBiscuit a arrêté le biberon à 3 ans 1/2 mais à cause d’une gastro… il a cru que le bib était le responsable! Oui, la fermeté ça marche pour se faire respecter.

    emanu124

    (15 octobre 2008 - 21:30)

    Ouais, ben tu connais mon point de vue : l’autorité.
    Pas à l’ancienne, non, du dialogue, de l’amour et de l’humour en prime.
    MAIS, chez moi ce sont les parents qui commandent et les enfants qui suivent épicétout.
    Je n’aurais JAMAIS supporté que mes gosses me marchent sur la tête.
    Je ne prétends pas détenir la vérité universelle et je fais comme je le sens, sans bouquin d’éducation. Je n’en ai jamais ouvert un seul.
    Mes gosses ne sont certainement pas le chef-d’oeuvre du siècle, et ils auront de toutes façons toujours quelque chose à me reprocher, mais ils me remercient au moins d’une chose : leur avoir posé des limites.
    Là ou je suis d’accord avec Naouri c’est que le laisser-faire dans l’éducation a fait des ravages. Mes fils le constatent d’ailleurs tous les jours eux-mêmes chez leurs copains.
    Aucune éducation n’est parfaite, et la mère parfaite n’existe pas. A partir de là… pfff, décomplexons… (H)

    @ Les limites, je suis totalement pour! Les enfants ont besoin de limites!

    emanu124

    (15 octobre 2008 - 21:32)

    Quant à parler sexe à ses enfants, c’est une fausse bonne idée.
    Expliquer, oui. Pour les confidences très intimes, je dis, chacun son jardin secret.

    @ Entièrement d’accord avec toi! Je racontais quelques trucs à ma maman sur mes amours mais sans rentrer dans les détails intimes.

    Oum

    (15 octobre 2008 - 21:54)

    C’est marrant, ma belle mère vient de m’offrir ce livre pour le lire. Je n’ai jamais lu un des ses livres mais plein de ses articles. Et déjà à ce niveau, j’avoue que je ne partage pas trop ses idées mais, comme l’a dit ma belle mère, on peut lire même si on n’est pas d’accord car c’est dans le débat que les idées s’enrichissent. Je ne manquerai certainement pas d’en parler sur mon blog. A suivre donc…

    @ J’attends ton verdict sur le bouquin 😉

    sounie

    (15 octobre 2008 - 22:32)

    100% d’accord avec Dom : moi j’ai 2 enfants avec 2 caracteres differents, donc, pas les memes methodes, mais les memes principes de base … je n’aime pas Naouri des masses, en fait, car quand on n’a pas d’enfants, ça me semble gonflé de faire autant de foin de ses conseils !!! Et puis il a quand meme dit que si le mari trompait sa femme c’etait la faute de la femme, voire pire, de sa mère ! bref, on a la vie dure, nous les femmes, dans tous les cas, avec lui !
    en revanche, il fait preuve de bon sens pour certaines choses (parler le meme discours que l’enseignant, je dis oui), il est trop categorique sur d’autres. Les histoires le soir, mon grand adore ça autant que moi, on a un rituel du soir et quand on ne peut pas il n’est pas angoissé d’aller se coucher ! il n’a pas eu de doudou à la creche et a été tres angoissé n’ayant rien à se rattacher, alors que la petite vit tres bien la creche en compagnie du doudou !!!! comme quoi, Mr science infuse est un peu trop radical !

    @ Je suis d’accord avec toi, sur certains points il est dans le vrai mais pour d’autres, à côté de la plaque!

    Charline

    (15 octobre 2008 - 22:35)

    Bon alors, je n’ai pas de grumeau et donc normalement pas de raison de commenter les propos de ce monsieur. Sauf que j’ai travaillé pendant près de trois ans dans un magasin à la Fnac eveil et jeux pour les 0 à 12 ans et j’en ai vu un paquet de parents angoissés venir chercher conseil dans ces bouquins.
    Et pour mieux les conseiller j’en ai lu aussi, d’autant que ma grande soeur avait déjà deux enfants en bas âge et que je pouvais observer son boulot de mère. Parce que oui, c’est un vrai boulot d’élever des bambins et quoi qu’en disent tous ces auteurs (Françoise Dolto en première ligne) il n’y a pas de règles pour le faire ce job. Je rejoins totalement Dom, c’est différent à chaque fois et à part quelques règles de base, tout le reste se fait naturellement. En tous cas, ma super frangine s’en sort très bien en faisant ça et j’espère un jour pouvoir faire aussi bien qu’elle !
    Merci Missbrownie pour avoir parlé de ces fameuses méthodes d’éducation, en tant que célibataire sans enfants, je dis juste que vous êtes formidables et arrêtez de vous prendre la tête. Rien de pire qu’une maman stressée 🙂

    @ Merci Charline 😉 Je ne me prends pas souvent la tête mais quelques remises en question ne font pas de mal 🙂

    Pimousse

    (16 octobre 2008 - 0:10)

    Bon tu le sais, je vais te répondre sans vraiment savori de quoi je parle, mais je trouve tout de même que cet aldo est assez excessif dans ses mots « catastrophe » pour le cadeau au premier à la naissance du second ; ou encore « dramatique » pour le marchandage. Je trouve qu’il a des tournures dramatiques lui même ! Évidemment c’est vrai qu’un ordre justifié n’est plus un ordre, mais je crois surtout qu’on fait ce qu’on peut. Et d’abord qui a élevé ses enfants à lui (s’il en a), hein? Sa femme ou lui ? Non parce que pour donner des leçons faut avoir pratiquer!

    @ Il a 3 enfants mais il dénigrent la place du père dans la foyer, pour lui c’est la mère qui éduque les enfants en incluant le père dans ses propos. Le père ne doit être là qu’en cas de secours…

    Annabelle

    (16 octobre 2008 - 9:22)

    oh la la suis pas une bonne mère du tout :-S
    pas simple d’élever des enfants ça se saurait maintenant chaque enfant est différent et il me semble difficile d’appliquer une méthode unique pour tous.
    Je dirais que je gère au coup par coup et que j’apprends aussi tous les jours à redresser la barre quand ça va trop loin en me disant que oui je n’ai peut être pas utilisé la bonne méthode mais ce qui fonctionne avec l’un n’est pas forcément vrai pour l’autre on s’adapte 😉

    @ Entièrement d’accord, Chupa et TiBiscuit sont quasiment à l’opposé donc impossible de les gérer de la même façon… TiBiscuit sans ses foutus rituels, ça ne va pas! 🙁

    Flannie

    (16 octobre 2008 - 9:38)

    Je suis d’accord avec Annabelle, ce qui marche avec l’un ne marche pas forcément avec le suivant donc on peut difficilement généraliser, non ?

    @ Je suis aussi d’accord, on ne peut pas généraliser.

    djédjé

    (16 octobre 2008 - 11:19)

    Ma psychologue de fiancée rejette en bloc : Antier, Ruffo (surtout quand il dit que les coliques du nouveau né sont dûs à l’angoisse de la mère) et Nouari. Elle préferera les vrais références : Dolto mais Winnicott surtout, Daniel Stern (journal d’un bébé).
    Sinon lire « Comment ne pas être une mère parfaite », Libby Purves, lui a fait beaucoup de bien !!

    Aux mamans : Laissez-nous faire, l’autorité on s’en charge !!

    @ Merci pour le livre en référence 🙂 Pour l’autorité des papas, je passe beaucoup de temps avec les doudoux sans le papa donc il faut que je me fasse respecter quand même 😉

    Firemaman

    (16 octobre 2008 - 11:54)

    Je ne lirais pas le bouquin de ce monsieur, même si j’en ai entendu parler souvent. J’ai décidé de ne plus lire ce genre de bouquin qui te fait bien culpabiliser, qui te fait poser des milliers de questions, et après tu lis juste l’inverse dans le livre du concurrent.
    Dolto a fait du dégat parce qu’elle a été lue en diagonale et que ses principes ont été transmis souvent de bouche à oreille avec la déformation des propos qui va bien avec. Mais elle n’a jamais proné l’éducation d’enfant roi.
    Ce monsieur ne pense pas que son livre peut aussi être mal interprété et devenir un ramassis de raccourcis ?
    Un livre que j’ai beaucoup aimé c’est celui d’Isabelle Philiosat « il n’y a pas de parents parfaits ». Il ne donne pas véritablement de conseils d’éducation, mais rappelle juste que les parents peuvent se tromper, être fatigués, usés par leur vie. Je l’ai lu à un moment où Petit-soleil nous menait la vie dure après la naissance de son frère, et il m’a beaucoup aidé à me sentir mieux.

    @ La lecture en diagonale est la source principale de déformation des propos… Je note pour ton conseil lecture 😉

    Touwity

    (16 octobre 2008 - 12:26)

    Ben mes parents ont accepté que mon copain dorme à la maison alors que j’avais 16ans…

    @ Je ne l’accepterai pas avec mes enfants aprce que ce serait leur autorisé une vie sexuelle à 16 ans sous mon toit en plus, mais si d’autres parents le tolèrent, ça ne rend que plus heureux leurs enfants peut-être 😉

    djédjé

    (16 octobre 2008 - 12:58)

    à la simple évocation de mon nom, mes filles tremblent … (ch’uis crédible là ?)

    @ C’est l’effet que faisait mon papa … sur les autres enfants 😀

    eVY

    (16 octobre 2008 - 22:11)

    Alors j’ai pas lu Naouri car je savais d’emblée que j’allais pas accrocher.
    mais si je peux vous conseiller un bouquin qui traite d’autorité, c’est celui de Claude Halmos L »autorité expliquée au parents ».
    Vraiment bien, il donne des postes de réflexion interessantes.
    A faire lire à zHom aussi tant qu’à faire.
    promis ca se lit vite et c’est facile d’accès (sinon je serais pas arrivée au bout).
    😉

    @ Bienvenue eVY! Je note le bouquin 😉

    Arnaud

    (1 mars 2009 - 21:46)

    Bonjour, je trouve incroyable que la CAF ait publié ce texte que je trouve choquant en tous points ;
    Vous avez les références ou me dire comment je peux me procurer l’original de ce document ?
    Merci !
    Bravo pour votre site.
    Arnaud

    Claire

    (27 avril 2009 - 18:31)

    Je suis en train de lire son bouquin car je n’aime pas les propos sortis de leur contexte (comme aurait pu le faire cet article de la CAF) et j’aime bien me faire ma propre idée.
    Alors, y a du bon et du moins bon – je prends ses conseils comme des pistes générales et non pas des recommendations à suivre au pied de la lettre. Mais mon fils a 28 mois, encore un doudou, une tétine la nuit et bois son bib le matin, mais franchement je ne crois pas que ce soit le plus important.
    Le coup de parler de sexualité avec les ados par exemple: je suis contre le fait de ne pas aborder le sujet du tout, j’ai vu les dégats chez d’autres dont les parents étaient totalement fermés là dessus et s’en remettaient entièremement à la société/l’école. Par contre je suis entièrement d’acord sur le fait de ne pas se meler des affaires de coeur etc etc, encourager/décourager – j’ai vu aussi les dégats produits pas des parents qui revivent leurs premiers émois par procuration à travers leurs ados. Dans l’ensemble il y a beaucoup de vrai dans le discours qu’il tient, beaucoup de choses à mettre en application. C’est juste la manière de l’appliquer qui doit être modulée et peut être moins radicale.
    Vala

Laisser un commentaire