La faute de Oedipe ?

20150802_224951

Comme le Coolégien durant sa petite enfance, Chichi est très « maman », voire carrément exclusif. Pas forcément de façon très violente comme son grand frère qui pouvait hurler « NON PAS TOI ! MAMAN !«  à son père quand il venait le réveiller le matin ou le sortir du bain, de la voiture, etc … les exemples sont nombreux et dans ces cas, si nous tenions bon et que je n’accourais pas pour sortir mon garçon de son lit, nous avions droit à la soupe à la grimace très longtemps. Enfin, nous avions droit tellement souvent à la soupe à la grimace. Ma meilleure amie se souvient encore qu’il ne fallait pas le regarder après la sieste sinon il boudait, tout comme il me faisait jeter des yaourts parce que je ne les avais pas ouvert devant lui ou me les faire remettre au frigo parce qu’ils n’étaient pas au bon parfum … Et vous savez quoi ? J’ai oublié la plupart de ces choses agaçantes. Quand on m’en parle je m’en souviens mais ma mémoire les a rangé loin loin loin dans mes souvenirs, dans un petit coin sombre qui prend la poussière, celui des moments qu’on préfère oublier.

Bref, là n’est pas le sujet de mon billet.

Chichi est donc très « maman » comme son frère l’a été alors que Chupa n’avait pas forcément de préférence et aimait faire des câlins à son papa.

Le matin ou le midi, mon tout-petit est triste quand je ne l’emmène pas à l’école et que je missionne son papa pour le faire. Il lui arrive même de pleurer dans la voiture. Il faut dire que quasiment 98% du temps, c’est moi qui l’emmène à l’école. Il préférera qu’on l’emmène à 2 plutôt que je ne vienne pas du tout.

Parfois, quand MrRéglisse lui propose une sortie ou une balade, Chichi répond :

« D’accord mais si maman vient »

Chichi n’était donc pas emballé du tout à l’idée d’aller chez le coiffeur seul avec son papa. Il voulait que je vienne aussi. Nous avons réussi à trouver un compromis… enfin à force d’insister, notre tout-petit a donné son approbation à condition que le coiffeur n’utilise pas la tondeuse mais juste les ciseaux. Finalement, il est rentré ravi de sa sortie sans moi [et pour une fois avec une jolie coupe de cheveux pas trop courte].

Le soir, quand il arrive très rarement que je ne sois pas là pour le border, Chichi préfère aller au lit tout seul. Certainement plus par mécontentement qu’autre chose car il n’est jamais contre une histoire lue par MrRéglisse. Il a juste moins l’habitude.

J’ai aussi l’extrême honneur d’être la seule à pouvoir l’accompagner aux toilettes.

J’en ai déjà parlé, Chichi n’est ni câlin, ni bisous. Pourtant, il lui arrive de venir se coller contre moi pour un câlin dans le canapé, mais c’est lui qui décide. Il ne faut surtout pas que je commence à vouloir le serrer dans mes bras ou lui caresser les cheveux ou encore le bisouiller. Dernièrement, alors que nous étions en famille dans le canapé, dans un accès de tendresse, Chichi m’a déclaré :

« Maman, je t’aime trop, même quand je fais des bêtises et que je suis puni, je t’aime toujours »

Un autre jour, où, pour rire, je me plaignais de mon ventre et que MrRéglisse, en private joke, me répondait :

« Qu’est ce que tu cherches ? Que j’aille trouver une autre femme ?

– Arrête de dire des trucs nuls maman ! Je ne veux pas qu’on ait une autre maman à la maison. Je veux toi. », s’est indigné mon tout-petit

C’est plein de petits détails comme ça auxquels je ne prête pas forcément attention et puis dernièrement, je me suis demandée si tout cela, ce n’était pas un peu la faute d’Oedipe, car Chichi est en plein dans l’âge du complexe d’Oedipe. Il n’en est pas à vouloir éliminer son père, heureusement, mais quand je ne suis pas là ou ne veux pas faire ce qu’il veut, il se reporte souvent vers sa sœur, l’autre visage féminin de la maison.

En grandissant, le coolégien qui avait un comportement bien plus extrême a changé. Il ne rejette plus son père, même s’il apprécie encore que je vienne lui dire Bonne Nuit et mettre sa couette. Ils ont trouvé un complicité dans les jeux vidéos, avec la série Kuroko no Basket, avec le basket …

Aussi, je me souviens qu’enfant, j’aurai mal vécu que ce soit mon père qui me mette au lit et de ne pas pouvoir serrer ma mère très très fort, le plus fort du monde pour un câlin pas très tendre, et ne pas pouvoir lui dire : « Bonne nuit, maman poule – Bonne nuit mes poussins – Bonne nuit maman lapin – Bonne nuit mes lapereaux – Bonne nuit maman chat – Bonne nuit mes chatons … (à l’infini de notre imagination) » (le petit rituel que me saoulerait bien aujourd’hui) et pourtant, je ne suis pas un garçon …

Peut-être qu’inconsciemment, j’ai envie de le garder rien que pour moi, de me sentir indispensable, comme quand il m’est difficile de le laisser s’habiller seul parce que je pense qu’il est encore petit, et que je dois le laisser grandir.

Du coup, je ne sais pas trop … Tout ça, le fait que Chichi pense avoir autant besoin de ma présence, la faute d’Oedipe ou pas ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :