Deux Frères

20151128_131050

Longtemps, ma soeur et moi avons juste été deux soeurs. Deux vrais clichés. Mais dans les années 80, on s’en fichait bien des clichés. Nous jouions à la poupée, aux barbies, nous inventions des histoires d’amour et de bébés à travers nos séances de dessins dans des cahiers. Tout de même, parfois, nous jouions aux voitures pour passer le temps chez notre mamie, dans le gros tas de sable certainement gorgé de pipi de chat. Aussi, j’aimais grimper dans les arbres.

Autour de nous, il y avait 2 fois deux frères : nos cousins et nos voisins. Des clichés eux aussi à mes yeux, jouant aux voitures, à des jeux de balles, aux legos et adorant se faire la bagarre.

Dans les années 80, avant que mon frère naisse en 90, c’est étrange mais les amies de ma mère avaient, pour celles qu’on voyait le plus, deux filles elles aussi. Les collègues de ma mère avaient deux garçons. La copine de ma soeur avait une soeur et ma copine avait une soeur également. Dans les familles autour de nous gravitaient essentiellement des couples d’enfants de même sexe.

De ce que j’avais pu constater, deux frères aimaient toujours se chamailler et sa battre, pour de faux ou pour de vrai.

Aujourd’hui, sous mon toit, je peux étudier un couple de deux frères. Certes, il y a une sœur entre eux et ils ont 7 ans d’écart.

Néanmoins, plus Chichi grandit (ses 5 ans approchent à très grands pas) et plus je constate qu’ils sont comme les « Deux frères » que je côtoyais enfant : ils se cherchent, se trouvent et finissent par « faire la bagarre ».

Loin de moi l’idée de dire que c’est un modèle récurrent chez les frères, qu’ils sont forcément tous comme ça … je risquerais de faire hurler et on me dirait certainement que j’éduque mes garçons différemment de ma fille. Ce qui n’est pas forcément faux, mais je pense surtout que je m’adapte au caractère de chacun.

D’ailleurs, plus jeune, mon coolégien avait déjà ses envies de « jouer à la bagarre » mais il se battait contre un ennemi imaginaire et Chupa était tantôt la princesse à sauver, tantôt une princesse un peu rebelle venant l’aider à combattre.

7 ans séparent mon coolégien et Chichi mais ils ont vite réussi à se trouver des passions communes. Le basketball pour commencer, mais Chichi s’en désintéresse maintenant, lui qui savait dribbler à 2 ans. Les jeux vidéos maintenant. Ils se passionnent pour les super héros et pour les mêmes jeux de super héros comme Disney Infinity ou Lego Marvel avengers.

Bien sûr, cela peut également créer des conflits quand ils veulent tous les 2 la figurine de Kylo Ren ou bien que Chichi dépense tous les sous virtuels dans les jeux, n’importe comment au goût du coolégien ou bien pire encore, écrase la dernière partie avec une sauvegarde toute naze.

Il y a bien deux frères sous notre toit et malgré la différence d’âge, le coolégien prend plaisir à titiller son petit frère en lui faisant croire qu’il y a une course perpétuelle entre eux. Le 1er que maman aura servi aura gagné. A la fin, je ne sais même plus qui je dois servir en 1er car ils sont capables tous les 2 de bouder : le plus petit pour de vrai et le plus grand pour embêter le monde.

Plus Chichi grandit et plus les cartes sont redistribuées dans la fratrie.

Cette semaine, Chupa est absente, j’ai donc tout le loisir d’observer ces deux frères vivre ensemble. Eux et leur instinct de compétition … Et pourtant, au fond, ils s’adorent. Ils veulent juste être le plus fort et un peu avoir l’impression d’avoir « gagné » la partie.

Photo : illustration parfaite du grand frère qui « cherche » le petit frère en attrapant la queue du doudou chéri pour tirer dessus ensuite et narguer …

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :