Suivre ou être suivi

Je ne sais pas si c’est l’approche des élections présidentielles, l’élection de Trump, les températures négatives, l’alignement des planètes ou tout simplement le début de la nouvelle année, mais en ce moment (surtout la semaine dernière en vrai), plein de petits trucs me hérissent les poils. Je me sens en rébellion. Mais silencieuse. Je la garde à l’intérieur de moi-même. Parce que finalement, il suffit de fermer les yeux, regarder les nuages, sourire, ainsi que relativiser et tout va tout de suite mieux. Enfin, juste pour dire que cela se ressent certainement dans mes derniers billets.

Hakuna Matata.

Bref.

Je ne me souviens plus si un jour j’ai pensé qu’il fallait faire comme les autres pour se sentir mieux. Je me souviens d’avoir été souvent frustrée à l’adolescence de ne pas pouvoir avoir un jean Levi’s et un sweat Benetton ou Poivre blanc comme toutes les filles de ma classe. Je viens d’une famille trop modeste pour avoir eu cela. Finalement, je crois que c’était mieux de ne pas avoir tout ça. Aujourd’hui, je trouve cela tellement futile d’avoir des vêtements de marque, des tas de chaussures ou 10 sacs à main. Attention, je ne critique pas les femmes qui aiment cela. Je ne comprends pas, c’est tout. D’ailleurs, plus ça va et plus notre société de consommation me donne la nausée. Nous devrions moins consommer pour le bien de la planète, mais on nous juge sur notre pouvoir d’achat, on nous pousse à consommer. Je me fais moi-même avoir. Quand je surfe sur AliExpress, j’ai beaucoup de mal à résister aux petits prix pour des choses trop kawaiis. En plus, il n’y a même pas de frais d’envoi. Il faut juste attendre 3 semaines. Être patient. Et ça, la patience, j’ai appris. Tu es obligée d’apprendre la patience quand petite tu attendais 3 heures debout chez le médecin parce qu’il fallait laisser les chaises aux adultes.

Je ne sais pas si je suis un peu rebelle dans l’âme, mais je ne suis pas un mouton. J’adhère rarement au truc que tout le monde adore et sur la blogosphère, les occasions de moutonner sont nombreuses.

Pourquoi je raconte tout cela ? Parce que j’ai une collégienne à la maison. Une collégienne qui a voulu une écharpe façon plaid à carreaux comme une grosse majorité des filles cool. Cette même collégienne regarde parfois des vidéos sur Youtube. Des vidéos de swap, des vidéos de unboxing. Sa meilleure copine regarde encore plus de vidéos (ou des séries Netflix que je ne voudrais pas que ma fille voit à seulement 11 ans) de Youtubeuses plus ou moins célèbres. Evidemment, entre elles, elles en discutent. La copine a donc raconté que maintenant elle avait une routine du matin : le truc que si toi, tu voulais l’imposer à tes ados, ils détesteraient. Ma fille a trouvé ça trop cool d’avoir une morning routine alors elle a voulu en mettre une en place.

Pour être franche, elle fait ça depuis environ 1 semaine et cela m’arrange bien. Désormais, je n’ai plus à la réveiller. Quand j’émerge avec de petits yeux pour réveiller son frère (qui n’a pas envie de mettre en place une morning routine) et qu’elle rit de ma tête, elle est déjà prête. Elle n’a plus qu’à prendre son petit déjeuner et se laver les dents. Je n’ai plus à lui dire de se dépêcher quand elle se retrouve zombifiée devant « Souvenirs de Gravity Falls ».

Certes pour certaines choses, ma jeune ado aime suivre et prendre exemple sur d’autres, mais il ne faut pas croire, elle peut aussi avoir du caractère et ne pas vouloir faire comme les autres. Au collège quasiment toutes les filles ont les cheveux très très très longs et les balancent à droite et à gauche en passant leur main dans les mèches de devant. Chupa ne veut surtout pas faire la même chose. Elle changera peut-être d’avis. Moi aussi je l’ai fait au lycée, ce petit mouvement de cheveux.

Quand T-Biscuit a voulu un cache-cou façon bandana en polaire mais avec un imprimé sur le devant, il avait hâte de les recevoir pour être le premier du collège à en avoir (comme celui que je porte ). Il ne voulait pas passer pour un suiveur.

On a tous une part un peu rebelle on dirait … ou alors, on veut juste ne pas être comme tout le monde, mais sans se faire remarquer pour autant. On reste discrets (dis la femme un peu transparente et qui peut passer inaperçu).

 

P.S: la photo qui illustre cet article n’a pas grand chose à voir avec le sujet

Rendez-vous sur Hellocoton !

Post Author: MissBrownie

Je m'appelle Anabel et je suis maman de 3 enfants. Lilloise depuis 1998, je vous raconte mes aventures de famille à la fois douces et piquantes depuis 2008. Retrouvez moi également sur Instagram et twitter sous le pseudo missbrownieblog.

5 thoughts on “Suivre ou être suivi

    La vie en Tisanie

    (31 janvier 2017 - 21:58)

    Je ne sais pas trop si je suis une suiveuse ou pas…J’ai pu l’être, mais maintenant je n’achète que parce que ça me plait vraiment, pas parce que j’ai vu chez quelqu’un d’autre. En tous cas j’essaie de faire en sorte que mes filles ne soient pas des suiveuses et qu’elles fassent leurs propres choix!

    sylvie

    (31 janvier 2017 - 22:37)

    jamais été suiveuse, toujours en marge et ça ne change pas lol mais je me sens plutôt bien!

    petitdiables

    (31 janvier 2017 - 22:58)

    Plus ça va et plus mon âme rebelle reprend le dessus…

    madamezazaofmars

    (31 janvier 2017 - 23:01)

    Etre soi même sans se préoccuper de ce que fait la majorité en voila une grande et belle force.
    Et j’ai vecu la meme chose que toi pour le jean levis et le pull benetton, et aujourd’hui ça me fait doucement rigoler

    maman est occupée

    (1 février 2017 - 15:21)

    L’adolescence n’est facile à vivre ni pour les parents, ni pour les jeunes : il faut bien que jeunesse se passe, comme on dit, et comme en tant que parent, on a bien souvent appris à être patients, comme tu dis, hé bien, on attend.

Laisser un commentaire