Gravir des montagnes ou des petits talus

J’ai le sentiment que les vacances viennent de débuter et qu’en même temps, elles sont déjà bien entamées. J’ai prévu de me reposer, d’aller enfin me faire couper les cheveux, de faire un peu de shopping, de lire, d’aller récupérer Chichi chez mes parents, d’écrire un peu sur mon blog, mais surtout de programmer toute ma période 2 pour l’école. Cependant j’ai déjà le sentiment que ce programme est un peu ambitieux. Néanmoins je dois vraiment avancer sur ma période 2 et pourquoi pas sur mon dossier réflexif, avril étant à la fois loin et tout proche. Je sais à quel point on peut se laisser emporter dans la spirale du temps.

Toutefois, je souhaitais revenir sur ces 2 dernières semaines ayant précédées les vacances. Ces semaines dont je m’étais fait toute une montagne car j’allais être maman solo pendant 7 jours (non consécutifs). Dans mes pires scénarii, j’imaginais même ne pas survivre nerveusement à la semaine dernière. Je me voyais déjà m’effondrer, en pleurs, hurlant que je ne pouvais pas tout assumer.

Heureusement pour moi, bien qu’il y ait eu des rebondissements inattendus et imprévisibles durant cette semaine, j’ai survécu. Une de mes nouvelles amies à l’Inspé m’a d’ailleurs très bien cernée en me disant :

“Ça se voit, toi, tu n’aimes pas les conflits”

Ce qui est tout à fait juste. Je m’arrange souvent pour les éviter et quand je ne peux pas, après coup, mon cerveau les range très vite au grenier. Et il fait de même avec tout ce qui pourrait rendre mes idées un peu plus grises, voire noires. Je passe très vite à autre chose, ne gardant que le positif. La preuve, de mes 2 derniers jours en classe, je ne me souviens que du positif. Il faut que je fouille dans les méandres de ma mémoire pour retrouver les moments piquants.

La semaine avant les vacances, j’étais donc seule avec mes 3 enfants à gérer. Comme par hasard, cette semaine là, mes cours du lundi et mardi à l’Inspé débutaient à 8h et ma route habituelle était déviée à cause de travaux sur un pont, rallongeant considérablement mon trajet et augmentant le risque de bouchons.

Pour espérer arriver à l’heure en cours, je devais donc déposer Chichi à 7h15 à la garderie. Une grande première pour lui. Mais aussi une chance que la garderie ouvre ses portes à 7h car certaines ouvrent à 7h30, pas avant. Ces 2 jours, Chichi a été le 2ème enfant à arriver dans les locaux. Il a attendu ses premiers copains pendant 1h. Honnêtement, je m’en voulais un peu de le déposer si tôt. Surtout que le lundi, en arrivant devant l’Inspé avec 5 minutes d’avance, je découvrais que mon prof était absent. Tout ce stress pour rien.

Je suis rentrée chez moi en écoutant mon livre audio. J’ai retrouvé Chupa qui venait d’aspirer une grosse araignée dans les toilettes. Leïmoune n’avait même pas voulu lui venir en aide en la chassant (puis en la mangeant). De plus les cris + le chant de l’aspirateur avait réveillé l’autre monstre de la maison : T-Biscuit (qui n’avait pas cours avant 10h). Il menaçait donc de faire manger l’araignée à sa sœur.

Comme je n’avais pas petit-déjeuner, j’ai pu le faire tranquillement, puis emmener Chupa en cours. Au moins, elle n’a pas eu de retard supplémentaire. J’ai pu sortir T-Biscuit des bras de Morphée et nous avons quitté la maison en même temps. Ce midi là, j’ai retrouvé ma meilleure amie au McDo. Le soir, comme je finissais à 17h30 et qu’il y aurait beaucoup de bouchons, Chupa est allée récupérer Chichi à la sortie de classe. On ne s’en sortait pas trop mal pour cette 1ère journée.

Le mardi, j’ai oublié le paramètre “camion poubelle” dans ma simulation mentale. Il y avait également plus de bouchons sur la route que le lundi. Donc même en déposant Chichi à 7h15, je suis arrivée en retard à l’Inspé. La prof n’a rien remarqué car elle était partie se chercher un café et la feuille de présence n’était pas encore passé dans les rangs. Le midi je suis rentrée déjeuner à la maison même si mon réservoir de gasoil diminuait vite avec tous ces aller-retour. Après 4 heures de “français”, j’avais besoin de cette coupure. L’après-midi, j’ai supplié ma prof de terminer son cours à 17h pile (et pas 17h30 comme la semaine précédente) et j’ai pu récupérer Chichi pas trop tardivement.

Le mercredi après-midi, j’avais un séminaire. C’était soit ça, soit une formation sur le geste graphique. Mais comme cette année mes cours Inspé sont prioritaires sur la formation continue en circonscription, je n’avais pas le choix . Environ 1/2 mercredi par mois est pris par une formation ou un séminaire.

Le jeudi, voyant les vacances arriver, je commençais à être plus zen. Je stressais à peine à l’idée d’avoir peut-être oublié un truc super important à la maison pour faire classe. J’ai déposé Chichi à la garderie à 7h50 et suis arrivée à l’école à 8h. Juste le temps de débriefer un peu avec ma binôme et de dire bonjour à tout le monde.

Le vendredi, au moment où je demandais à Chupa de mettre ses chaussures afin que personne n’arrive en retard, je recevais un sms de ma voisine puis un de MrRéglisse. Le passage à niveaux à côté du collège était bloqué. Le SMUR était sur place. Il fallait donc faire le grand tour par le centre ville pour aller au collège ou au lycée. Soit un trajet très long à pieds ou très bouché en voiture. Je calculais rapidement mentalement et ça ne le faisait pas. Je ne pouvais pas emmener Chupa au collège sans arriver moi-même en retard. Elle a prévenu sa copine et finalement c’est la maman de la copine qui a fait le grand tour pour les emmener. Malgré tout, je m’en voulais de l’avoir abandonnée comme ça. Puis, à 9h57, j’ai reçu un SMS de T-Biscuit totalement en stress parce qu’il venait de se réveiller alors qu’il avait cours à 10h00 et devait faire le grand tour pour aller au lycée. Finalement, il n’est pas allé à sa seule heure de cours de la journée.

Enfin, j’avais dit à Chichi que je ferai mon possible pour venir le récupérer à la sortie de classe. Sa maîtresse les faisant souvent sortir en retard, j’avais un espoir. Seulement, comme toujours, les animateurs de la garderie sont venus récupérer mes élèves après 16h40. Le temps de récupérer mes affaires et de faire la route, Chichi avait commencé à manger son goûter avec ses copains. Néanmoins, je l’ai récupéré à peine 5 minutes après la sortie.

Voilà, cette semaine m’apparaissait comme plusieurs montagnes à gravir et au final, maintenant qu’elle est derrière, elle m’apparaît comme un petit talus.

Dans la vie faut pas s’en faire. Toutes les p’tites misères seront passagères et ça s’arrangera. Hakuna Matata.

Je sais que des semaines de ce type j’en aurais d’autres à vivre. En attendant, je vais stresser pour le 15 novembre car j’aurai ma 1ère vraie visite en classe. Le jour des 14 ans de Chupa.

Sinon, point important depuis mon “bilan” de septembre : j’ai retrouvé l’appétit. Peut-être un peu trop. Preuve que je suis plus zen que début septembre où je n’arrivais à presque rien avaler.

Auteur de l’article : MissBrownie

Je m'appelle Anabel et je suis maman de 3 enfants. Lilloise depuis 1998, je vous raconte mes aventures de famille à la fois douces et piquantes depuis 2008. Retrouvez moi également sur Instagram et twitter sous le pseudo missbrownieblog.

6 commentaires sur “Gravir des montagnes ou des petits talus

    mamansurlefil

    (24 octobre 2019 - 10 h 42 min)

    C’est une année extrêmement stressante mais qui passe finalement à une vitesse folle… Encore courage pour les semaines à venir…

    GirlsnNantes Eva

    (24 octobre 2019 - 11 h 53 min)

    ici c est des talus car les enfants sont en congés mais ça sera des montagnes à la rentrée car en plus je serais en formation deux jours 🙁
    je comprends très bien vos galères familiales ici c est pareil…

    NANCY

    (24 octobre 2019 - 12 h 42 min)

    Concilier travail + vie de maman = charge mentale féminine :/
    Bon courage pour ces petits talus et/ou grosses montagnes à gravir !
    Belle semaine, profite <3

    Julesetmoa

    (25 octobre 2019 - 13 h 25 min)

    Pas facile de tout gérer mais des fois, on y arrive presque mieux seul (tant que ca ne dure pas !). Pour ton programme de vacances, je suis un peu comme toi à toujours vouloir en faire trop !

    sysyinthecity

    (25 octobre 2019 - 15 h 08 min)

    ici le programme de la semaine de congés sera repos absolu, on est tous sur les rotules 🙂

    Vinie

    (28 octobre 2019 - 12 h 23 min)

    C’est pas évident de trouver ses marques et de jongler entre vie de famille et travail…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.