Croisière fluviale sur la Mayenne – Ce qu’il faut savoir !

missbrownie-a-la-barre

Pour notre croisière fluviale sur la rivière de la Mayenne, nous avons été des petits joueurs… Nous avons seulement fait Daon-Laval et arrivé à Laval, après 24 heures passées là-bas, nous avons fait demi-tour, direction Daon.

1 semaine et 21 heures de navigation. Il faut dire que nous n’étions pas … matinaux! A 9 heures, nous ouvrions les yeux, puis nous prenions notre petit déjeuner pépère, nous nous douchions /  habillions et seulement nous partions … Parfois, nous sommes même resté amarré au même endroit 24 heures, parce que nous voulions passer un peu de temps à terre.

Le programme de navigation proposé pour 1 semaine sur le site FPP était beaucoup trop pour nous. Il aurait fallu que nous naviguions à chaque fois que c’était possible, c’est à dire de 9h à 12h30 et de 14h à 19h ( voir 20h), heures d’ouverture des écluses. Mais bon 7 à bord avec 3 enfants dont 1 bébé, nous avions besoin d’être un peu à terre de temps en temps et surtout, nous ne voulions pas nous presser.

Enfin, concernant la location de péniches pour une croisière sur la Mayenne, il y a quelques trucs à savoir comme …

Où passer les nuits ?

Chaque soir, nous avons du nous mettre en quête d’un ponton où nous amarrer pour la nuit, ne pouvant nous laisser dériver sur la rivière comme un radeau.

La plupart des pontons étaient aux abords des écluses, avant et après. Dans l’idéal, choisir un ponton près d’un lieu de restauration comme à l’écluse de Neuville, la Benâtre ou de Port Rhingeard est une bonne solution. Le must du must était tout de même de trouver un ponton où il y avait possibilité d’avoir l’électricité et l’eau. Avoir l’électricité n’était pas toujours simple comme à Port Rhingeard par exemple où il y avait plus de bateaux (dont une cabane de pêche) que de prises (4). Même des bateaux non occupés étaient reliés aux prises… pas cool.

Nos nuits…

Notre nuit à Azé : Réveillés à 7h par l’angélus et le chant des canards, mais bon ça reste un réveil agréable et après l’angélus, on peut se rendormir malgré tout.

Notre nuit à Château-Gontier : Réveillés à 8h aux sons des marteaux-piqueurs … travaux en face de la capitainerie jusque fin juillet.

Notre nuit à l’écluse de la Neuville : Beaucoup de lézards dans les pierres du ponton, le bruit du barrage en fond, mais notre meilleure nuit. Le bruit du barrage reste un son reposant, celui de l’eau qui coule. Et les lézards n’ont pas tenté de monter à bord. Avec un peu de chance, ils nous ont débarrassé de quelques araignées.

Notre nuit à Laval : Quand on arrive à Laval, l’impression de ville froide nous envahie… Après avoir passé le pont de l’Europe (très très bas), nous nous sommes amarrés au port qui parait mort. A la capitainerie de Château-Gontier, on est très bien accueilli et on trouve de l’aide facilement mais à Laval, que dalle! Nuit un peu dans l’angoisse … Angoisse de ne pas réussir à repasser le pont de l’Europe le lendemain si les pluies font augmenter le niveau de la rivière, Angoisse car les autres bateaux sont tous enchainés au ponton et nous n’avons que des cordes. Mon frère craignait que des p’tits malins nous détachent durant la nuit… surtout qu’en pleine nuit nous avons été réveillés par les cris de jeunes bien dans l’ambiance. Passer la nuit à la campagne et bien plus agréable que de passer la nuit à Laval.

Notre nuit à Port Rhingeard : Tip Top, rien à dire. Pas de bruit. Rien.

Notre nuit à côté d’un centre de ski nautique : Nuit au son de la pluie. Réveil en haute mer. A 9h, une horde d’enfants a débarqué sous la pluie pour apprendre à faire du ski nautique par un temps glacial et à chaque passage du bateau, nous avons tangué fortement… C’était une mauvaise idée d’amarrer ici mais la veille, sous la pluie et un vent fort, nous n’avions pas eu d’autres choix… Le ponton de l’écluse de la Neuville n’avait plus de place pour nous accueillir.

Notre nuit à Daon : Dernière nuit au calme mais étrange de se dire que le lendemain matin il faudrait quitter le bateau à 9h, sans naviguer.

Passer les écluses

Passer les écluses demande beaucoup de zenitude. Pas de stress. Sauf que le co-pilote (mon frère) avait du mal à rester zen. Le stress le gagnait à chaque fois.

Le bateau étant comme une veille traction arrière, il n’est pas toujours simple à diriger en sachant que c’est son arrière train qui tourne et selon la vitesse, il est plus ou moins long à réagir. Pour avoir tenté de tenir la barre, je sais qu’on fait facilement beaucoup de zig-zag. Puis une fois que Mr Réglisse a commencé à maitriser le maniement du bateau, pour que son initiation soit complète, le niveau de difficulté s’est amplifié.

Il y a eu le passage d’écluse sous la pluie et encore plus dur, le passage d’écluse sous les rafales de vent avec pluie!

Mr Réglisse était beaucoup plus à l’aise au poste de pilotage extérieur qu’intérieur mais sous la pluie, il vaut mieux être à l’intérieur…

A chaque passage d’écluse, le boulot du co-pilote est essentiel. Sauf que nous n’avons compris qu’à mi-séjour qu’il valait mieux repousser le bateau du mur de l’écluse avec les mains quand cela était possible qu’avec les barres fournies. Aussi, dans l’écluse, il faut coller le bateau d’un côté du mur et ne pas tenter de le garder au milieu comme nous tentions de le faire au début.

Durant notre croisière, nous avons donc tenté le passage d’écluse sous la pluie, sous le vent, mais aussi à 2 bateaux et à 3 bateaux! Le 3ème bateau étant tout petit.

Sans oublier qu’il a fallu apprendre à gérer l’arrivée à une écluse fermée et attendre au ponton qu’elle s’ouvre ou faire des demi-tours en attendant … notre pire expérience, l’écluse pour sortir de Laval.

Je crois que Mr Réglisse maitrise toutes les situations désormais!

Aussi, avant de partir en croisière avec le bateau, faites le tour pour vérifier les coups qu’il a déjà! Nous ne l’avons pas fait et le jour où on a découvert un poc sur la coque du bateau, nous avons stressé pour notre caution durant tout le reste du séjour… On se demandait vraiment comment nous avions fait ça au bateau… Sauf qu’à notre retour, nous avons appris que ce coup était déjà sur le bateau à notre départ. Nous avons stressé pour rien.

En bref, durant la croisière fluviale, il faut bien choisir l’endroit où l’on passe sa nuit [éviter Laval où il n’y a pas grand chose à faire à part visiter le Donjon du château], il faut faire le tour du bateau avant de partir pour repérer les coups, il ne faut pas stresser au passage des écluses et … bien lire les guides de bords fournis à votre départ !!!

Voilà qui clos notre aventure sur la rivière de la Mayenne. 1 semaine où nous avons joué les marins d’eaux douces, où nous nous sommes pris pour des Shadocks dans les toilettes parce que nous devions pomper, pomper, pomper pour tirer la chasse. 1 semaine que nous referions volontiers d’ici 3 ans avec mes parents car mon père était très déçu de ne pas avoir vécu cette aventure avec nous. Pourquoi pas en Bourgogne cette fois.

En plus, il existe un bateau encore plus gros que le notre… Le Tarpon 42! Nous l’avons vu. Ils étaient à 5 couples dessus. 2500 euros (hors assurance et hors carburant début juillet et fin août, hors 16 juillet au 19 août) à diviser par 5 pour 1 semaine, ça va, ça reste raisonnable.

arrivee-ecluse

ecluse-fermee

lezard-francais-mayenne

bord-mayenne

[j’ai bien trop de photos pour tout vous montrer …]
Un grand grand merci à France Passion Plaisance pour nous avoir permis de vivre cette aventure durant 1 semaine!

Auteur de l’article : MissBrownie

Je m'appelle Anabel et je suis maman de 3 enfants. Lilloise depuis 1998, je vous raconte mes aventures de famille à la fois douces et piquantes depuis 2008. Retrouvez moi également sur Instagram et twitter sous le pseudo missbrownieblog.

11 commentaires sur “Croisière fluviale sur la Mayenne – Ce qu’il faut savoir !

    maman@home

    (15 juillet 2011 - 13:06)

    Pas mal de choses à prévoir ça semble bien normal et les enfants ont aimé être sur l’eau ?

      MissBrownie

      (15 juillet 2011 - 15:30)

      Les enfants ont beaucoup aimé, oui 🙂
      Chupa n’a juste pas aimé manger au restaurant et devoir rester à table 😛

    sabine

    (15 juillet 2011 - 13:38)

    génial ton récit! c’est un truc qui m’a tjs branchée! par contre le passage des écluses… ça fout un peu la trouille!

      MissBrownie

      (15 juillet 2011 - 15:29)

      Je crois surtout que mon frère stressait beaucoup trop et nous refilait son stress, mais bon parfois je me gardais bien de sortir mon nez dehors au passage d’une écluse quand la tension était palpable, notamment quand il y avait du vent.

    lexou

    (15 juillet 2011 - 14:12)

    ca donne envie , même si apparemment le temps n’était pas top tous les jours, j’ai visité le site ou tu as eu le bateau, les autres itinéraires sont sympas aussi, selon l’âge des enfants et le temps dont tu disposes, en tout cas, c’est une façon très originale de passer ses vacances, et au moins Ti Biscuit et Chupa aurons plein de choses à raconter à leurs copains!!

      MissBrownie

      (15 juillet 2011 - 15:30)

      On a eu plein soleil du samedi au mardi 16h, après ça a alterné entre éclaircies et averses, avec du vent.

    shalima

    (15 juillet 2011 - 15:00)

    Mmmh, ça a l’air sympa, un peu stressant, mais surtout hyper dépaysant ! Pourquoi pas ?

      MissBrownie

      (15 juillet 2011 - 15:28)

      Je suis sûre qu’avec tes 3 korrigans se seraient une belle expérience à vivre 🙂
      Sans un bébé à t’occuper, tu serais plus disponible pour gérer les écluses que moi et Mamzelle grandit 🙂

    Yolina

    (15 juillet 2011 - 18:23)

    Ca me rappelle plein de souvenirs! Les écluses c’est effectivement un peu stressant, surtout que nous n’étions que 2… Un soir nous sommes restés bloqués dans une écluse un long moment, heureusement qu’un gentil monsieur est passé par là et nous a aidé. Et nous avions passé une nuit à Saintes, le soir de la fête de la musique, et des petits malins se sont amusés à détacher les cordes de la péniche d’à-côté (Ton frère avait raison de se méfier!).

    Xtinette

    (17 juillet 2011 - 9:56)

    Merci pour ces bons tuyaux… Nous n’avons jamais fait de croisière fluviale !

Laisser un commentaire