Histoire de Maux

TiBiscuit

En ce moment, TiBiscuit étudie les histoires du prince de Motordu en classe, mais il n’y a pas que les mots qui soient tordus chez mon grand garçon. Les maux le sont aussi.

La semaine dernière, je devais récupérer TiBiscuit souffrant d’atroces (c’est la maîtresse qui le dit) maux de ventre. Pourtant, une fois à la maison, envolés les bobos. Le garçon triste et terne que j’avais ramené s’était métamorphosé en garçon souriant et plein de vie. Alors qu’il n’avait rien mangé à la cantine, son appétit s’était soudainement ouvert. Bon, mon couscous de la veille était certainement meilleur que le menu de la cantine.

Pour moi, tout ça, c’était du pipeau.

TiBiscuit était juste un bon comédien qui avait su duper sa maîtresse comme l’année dernière il avait su faire pitié aux animateurs du centre, une fois encore grâce à des maux de ventre.

En pleine épidémie de gastro, dire qu’on a mal au ventre fait trembler le personnel enseignant et les parents.

C’est simple, savoir que maman est à la maison, toute prête à venir à son secours en cas de problème, ça facilite les choses. Il suffit juste de bien faire semblant.

Mais TiBiscuit sait se préparer moralement, tellement que je pense qu’il arrive à s’en persuader. La veille, il savait presque déjà que le lendemain il serait malade. D’ailleurs il toussait un peu. Pas de chance, au petit matin, j’avais refusé de l’exempté de piscine. J’ai été élevé à la dure! Il faut être mourant pour manquer l’école. Une petite toux n’empêche rien.

Lui aussi voulait passer 2 jours à la maison seul avec son papa et sa maman comme Chupa l’avait fait 2 semaines plus tôt à cause de son angine. C’était embêtant de ne pas avoir chopé les microbes de sa soeur. C’était embêtant aussi qu’aucun microbe ne veuille bien lui sauter dessus.

Pourtant, TiBiscuit soutenait qu’il avait vraiment eu très mal au ventre en rentrant de la piscine. Moi aussi j’avais eu mal au ventre quand mon numéro fut appelé à l’URSSAF.

Le lendemain TiBiscuit, en pleine forme, alla à l’école. Puis, quand il rentra le soir, nous lui avons tout de même demandé si ça avait été, s’il n’avait plus mal au ventre… et là, il nous répondit :

“A la récréation, j’ai à nouveau eu mal au ventre comme après la piscine… on courait beaucoup avec mes copains puis j’ai eu super mal là”

C’est là qu’il nous montra un point bas de ses côtes … … … un point intercostal!?

TiBiscuit avait juste un point de côté! Apparemment son premier point de côté.

Bon, s’il nous fait appeler à chaque point de côté, on n’a pas fini !

Enfin, cette semaine, je ne rigole pas… Quand TiBiscuit m’a dit qu’il se sentait un peu barbouillé du ventre alors que dans l’après-midi, un contaminé de la gastro lui avait parlé, j’ai commencé à paniquer et à dire des incantations [ça, ce n’est pas vrai, je n’en connais même pas]

Je me demande tout de même s’il n’essaie pas de préparer une absence pour jeudi, jour où il aura une dictée de mots et une dictée de phrases non préparée, la première de l’année… Il pense déjà que ce sera trop dur de la mort qui tue!

Entre les repas qui donnent des maux de tête, courir qui donne des maux de ventre, Chichi mangeant du pain qui lui donne mal au coeur, lire qui donne parfois mal aux yeux et le judo qui fait mal partout parce que les petits adversaires donnent des coups, on n’a pas fini!

Surtout qu’un autre mal le ronge de l’intérieur… Celui de trouver totalement injuste de devoir aller à l’école pendant que papa et maman s’amusent à la maison. Ce sont eux les adultes! C’est à eux de travailler pour ramener de l’argent! Ce n’est pas aux enfants d’aller travailler.

Dans un moment de colère, TiBiscuit a craché qu’avoir un plâtre ou un bébé n’était pas une raison pour ne pas travailler.

Je lui ai dit …

“OK! Je mets Chichi à la crèche et je retourne travailler en entreprise, mais ne viens pas râler quand tu devras retourner à la garderie le soir, le mercredi et les vacances scolaires!”

Bizarrement, il a aussitôt changé de discours en prétextant que Chichi était bien trop petit pour aller à la crèche, que les autres bébés l’embêteraient et qu’il ne saurait pas se défendre…

On dit que les filles c’est compliqué mais les TiBiscuit aussi. Finalement, Chupa est plus limpide. Elle dit clairement quand quelque chose la chagrine.

Auteur de l’article : MissBrownie

Je m'appelle Anabel et je suis maman de 3 enfants. Lilloise depuis 1998, je vous raconte mes aventures de famille à la fois douces et piquantes depuis 2008. Retrouvez moi également sur Instagram et twitter sous le pseudo missbrownieblog.

26 commentaires sur “Histoire de Maux

    madamezazaofmars

    (25 janvier 2012 - 8:39)

    L’ empereur aussi m’ a fait le coup des maux de ventre et maintenant a chaque fois qu’il va ou revient de l’ école, il boitille

    vany

    (25 janvier 2012 - 9:58)

    Tu sais, ce n’est peut être pas de la comédie. Peut être le stress qui lui met une boule au ventre.
    Enfant, j’étais comme lui, souvent, ma mère devait venir me chercher pour des douleurs de ventre et malgré moults médecins et journées aux urgences, aucunes causes, aucunes explications.
    Et je t’assure que j’avais bien mal, et que ce n’était pas de la comédie

    Peut être quelque chose qui l’embête à l’école (un copain un peu virulent, par ex)

    L’an passé, mon grand (4 ans) s’est mis à vomir tous les matin d’école. Pourtant, rien les we et mercredi. Jusqu’à ce qu’il nous dise qu’une dame le poursuivait avec un grand couteaux dans la cour de récréation.
    C’est tout con, il a du en rêver une nuit, ne pas réussir à faire la part du réel et du rêve, et du coup, hop, une grosse trouille tous les matins!

    Cette année encore, il y a un mois, pleurs tous les matins pendant une semaine, et plainte de maux de tête. Après avoir cherché, il s’avérait qu’un petit groupe de 4 enfants prend des gamins pour cible pendant la récré et que c’était tombé 2 fois sur le mien.
    Explications, rv avec la maitresse, et après que cette dernière lui dise qu’il n’avait rien à se reprocher (oui, il n’osait rien dire de peur de se faire disputer, un comble!!) et qu’il devait venir lui dire, nickel, et il y retourne avec plaisir

    C’est symptomatique, tout ça. Parfois, c’est 3 fois rien (une dispute avec l’amoureuse, une punition de la maitresse) et ça les bouleverse au point d’en avoir des maux de ventre ou de tête pour éviter une nouvelle détresse

    Pour moi? Une fille, le caid de l’école, qui régulièrement me bousculait. J’ai changé d’école, et jamais eu de maux de ventre ensuite….

      MissBrownie

      (25 janvier 2012 - 17:37)

      J’ai aussi mal au ventre quand je suis stressée … Là je crois surtout qu’il avait très envie d’être malade et qu’il était déçu que sa toux n’empire pas 😉
      Je le connais ce petit gars 🙂
      Quand ça ne va pas à l’école, il réagit différemment.

    Nanou2104

    (25 janvier 2012 - 9:46)

    Mon homme faisait souvent le coup du “j’ai mal à la tête/au ventre” à sa mère le mercredi ! Il n’aimait pas le centre aéré… il préférait de loin rester à la maison pour regarder le Club Dorothée ! Et quand elle arrivait pour le récupérer il lui faisait toujours un clin d’oeil l’air de dire “t’as vu maman je les ai bien eu” !! Espérons que ma fille ne suive pas les traces de son père quand elle sera plus grande ^^

      MissBrownie

      (28 janvier 2012 - 10:18)

      C’est sûr que le Club Dorothée, c’était immanquable 😀

    lexou

    (25 janvier 2012 - 10:49)

    Il faut leur tirer les vers du nez a ces hommes, c’est compliqué!!!

      MissBrownie

      (28 janvier 2012 - 10:23)

      C’est parfois fatiguant d’être toujours à l’écoute.

    Lily

    (25 janvier 2012 - 10:58)

    J’adore le “Chichi est trop petit pour aller à la crèche et ne saurait pas se défendre !!!” Trop mignon !!!!!!!! Un grand frère protecteur… Mon grand avait peur aussi au début quand sa petite soeur est entrée à la crèche qu’elle ne sache pas se défendre et qu’elle se fasse gronder (elle avait 9 mois !) Il a vite été rassuré.

    Après il est tjs difficile de savoir quand ça vaut VRAIMENT le coup d’aller les chercher à l’école. Ils appelent souvent pour un rien. Comme je travaille à la maison je trouve que la crèche abuse un peu, l’école ne m’a appelée qu’une fois…. pour rien d’ailleurs (mal au ventre aussi, et pleine forme aussi aussitôt rentré à la maison !) J’étais furax…

      Eléonore

      (27 janvier 2012 - 8:47)

      Enseignante, je suis, et comme tous les enseignants, on essaie de penser au bien-être des enfants…Et donc, lorsqu’ils ont l’air d’être vraiment malades, on appelle les parents.
      Bien sûr, cela les dérange parfois! “J’étais furax!” …Et moi, je serais furax, si un de mes 4 enfants scolarisés restaient à l’école, malades!
      Maintenant, chacun pense ce qu’il veut.
      Et si cela arrivait que l’enfant était vraiment malade et qu’on n’appelait pas, forcément le lendemain, nous aurions ce genre de parents prêts à se plaindre dès 8h20.
      Tout ça, pour essayer de ne “pas appeler pour un rien”!

        MissBrownie

        (27 janvier 2012 - 10:59)

        Je comprends tout à fait.
        Pour ma part, je trouve cela très bien que la maîtresse nous ait appelé pour nous prévenir.
        Nous lui avons ensuite laissé un message pour lui dire que TiBiscuit avait déjà fait un peu semblant d’avoir mal au ventre l’année dernière mais je suis quand même allée à l’école pour constater son état. Et je l’ai ramené parce qu’il avait une petite mine.

        Lily

        (27 janvier 2012 - 11:38)

        Je suis la première à accourir sans hésiter dès que l’école ou la crèche appelle pour que je vienne chercher mes enfants. à laisser mon travail en plan car la santé de mes enfants passe avant tout. et je serais bien la dernière à venir râler si l’école a omis de m’appeler en cas de réelle maladie. je trouve qu’il y a assez de parents raleurs comme ça, pour un rien, justement,… et dès 8 h 20 comme tu dis.
        ce que je n’ai pas précisé dans mon com, c’est que si j’étais furieuse, c’est parce que l’animateur qui surveillait la cantine (et non la maîtresse) m’a appelée uniquement car mon fils n’avait pas mangé de haricots et se plaignait de maux de ventre. Il a reconnu qu’il avait diagnostiqué une gastro un peu vite… après je comprends tout à fait ce principe de précaution, plutôt rassurant. mais s’il faut appeler dès qu’un enfant ne finit pas son assiette à la cantine…

          MissBrownie

          (28 janvier 2012 - 10:40)

          Si tu ne racontes pas tout dans les détails aussi 😀
          S’ils appellent pour chaque enfant qui ne mange pas ses haricots, ils doivent appeler souvent 😉

    cleopat

    (25 janvier 2012 - 16:02)

    fiction ou réalité difficile de savoir!un peu des deux peut être? ! il en rajoute peut être parfois un peu , par moment,
    ou pas ?
    le fait de rentrer lui enlève peut être une angoisse,un stress passager!?
    Tu fais bien de ne pas céder trop facilement car si c est une solution d évitement tu n as pas fini!

      MissBrownie

      (28 janvier 2012 - 10:40)

      Je crois qu’il a compris que ce n’était pas à recommencer tous les jours 😉

    Maud

    (25 janvier 2012 - 16:30)

    Contente d’avoir appris le fin mot de l’histoire… belle histoire d’ailleurs ! Autant le point de côté, que les raisons des adultes pour ne pas aller travailler…
    C’est compliqué les enfants quand même…

    Bealapoizon

    (25 janvier 2012 - 22:52)

    ah tiens j’ai le même à la maison, je l’ai déposé triste et terne mardi matin parce qu’il avait ” trèèès” mal à la gorge, j’ai tenu bon et je l’ai conduit à l’école mais je me suis tout de même inquiétée dans la journée… mais quand je l’ai vu sortir de l’école en courant avec les copains j’ai su qu’il allait bien et qu’il avait juste eu envie de rester avec Maman ! Parce que lui aussi il croit que c’est lui qui bosse dur pendant que nous les adultes on fait ce qu’on veut ! Même discours que toi pour le boulot et la garderie mais comme il n’a pas connu, ça le tente la garderie…. rhaaaaaaa!

      MissBrownie

      (28 janvier 2012 - 10:43)

      Le mal de gorge le matin c’est fréquent l’hiver mais ça passe 😉 C’est juste que nos maisons sont trop sèches et trop chauffées 🙂
      Tu devrais le mettre à la garderie de temps en temps pour qu’il voit 😉 Mais bon, ça a un coût!

    allye

    (26 janvier 2012 - 10:51)

    Téléphonera, téléphonera pas ??? Ah chaque bobo je me pose la question… Pendant le péri-scolaire, je ne dois pas déranger l’enseignant (sous aucun prétexte) c’est donc aux asem (sans le T, je travaille dans une école privée) qui décide… c’est toujours difficile… Je suis déjà passée à côté d’une fracture mais bon l’enfant à continuer à courir partout… Comment savoir ? Ce n’est pas avec un cap petite enfance qu’on apprend à déceler une fracture… Et les gastro… c’est génial ça pour ne pas aller à la piscine… Tout à l’heure, pendant le temps péri-scolaire, je vais avoir plein de malades, tout les jeudi c’est comme ça… Parce qu’il y a piscine et beaucoup n’aiment pas ça…
    Il y aussi le cas de l’enfant très malheureux à l’école, qui a du mal à suivre, qui s’en rend compte et qui flanche… J’en ai une comme ça qui trouve toujours quelque chose, mais nous avons compris… et l’angoisse au ventre elle retourne en classe, la pauvrette…

      MissBrownie

      (28 janvier 2012 - 10:46)

      En effet, avec les enfants, ce n’est pas toujours facile de savoir… Regardes quand Chupa avait une angine blanche, elle continuait à chanter et crier alors j’étais passée à côté … pourtant elle n’allait vraiment pas bien à l’intérieur.

    Vinie

    (26 janvier 2012 - 12:49)

    Pas facile.
    J’ai un petit bonhomme de 4 ans qui a subitement mal à la langue, aux bras, aux jambes, au dos ou que sais-je encore pour ne pas faire ce qu’il a a faire (bain, rangement, etc…).
    Ce sont des filous ! ^^

      MissBrownie

      (28 janvier 2012 - 10:50)

      A la langue !? 😀

        Vinie

        (30 janvier 2012 - 14:25)

        Oui oui, la langue !
        On a aussi eu le droit au cheveux LOL

        Et quand il ne veut pas descendre (sa chambre est à l’étage) mais plutôt qu’on le porte, il nous dit qu’il n’a plus de bras :-/

Laisser un commentaire