Calme et Zen pendant les devoirs

étiquette adhésives stikets

Depuis septembre, Chichi découvre les devoirs du soir. Des devoirs uniquement oraux comme le veux la loi et qui ne prennent pas plus de 15 minutes à faire.

Les premières semaines, il était super motivé. Il rentrait de l’école et montait directement dans sa chambre, s’installer à son bureau pour faire ses devoirs avec moi. Peu à peu la motivation s’est évaporée. La raison ? Chichi voudrait de vrais devoirs, comme ceux de T-Biscuit et Chupa. Vous savez, des DM sur lesquels on peut passer 3h (enfin tout dépend de l’enfant, T-Biscuit est beaucoup plus rapide). Ses devoirs, il les trouve nuls. Relire des sons, des textes et apprendre des poésies : pouah ! Pourtant, il ne sait pas encore lire. Enfin le déchiffrage est encore laborieux même s’il a fait de jolis progrès.

Les nouvelles méthodes des maîtresses sont pleines de bienveillance et visent à mettre en avant ce que l’enfant sait faire en laissant de côté les échecs. Même mon mari a eu une formation de ce type pour apprendre à encourager les membres de son équipe. Le management bienveillant. Cependant, nous les parents lambda, nous n’avons pas de formation à la bienveillance. Avoir lu quelques articles ne suffit pas. Certaines attentes sont encore très ancrées en moi et j’ai du mal à mettre du sparadrap sur les échecs. Alors certains soirs, même si la maîtresse nous a dit de ne pas nous braquer avec nos enfants pour les devoirs, j’ai du mal à rester bienveillante quand Chichi refuse d’apprendre sa poésie ou ne se concentre pas pour lire des syllabes .

De son côté, Chichi sait très bien mettre en avant ses réussites et oublier dans un placard ses échecs.

Un soir, il était tout fier de m’annoncer qu’il avait désormais le droit d’écrire avec un stylo bic. En toute honnêteté, il a fait de très gros progrès depuis que la maîtresse l’a autorisé à écrire au bic pour noter ses devoirs. Ses devoirs écrits au crayon de papier, j’avais énormément de mal à les regarder tant les défauts étaient nombreux : écriture énorme et pas du tout sur les lignes. J’étais à 2 doigts de demander à la maîtresse de le mettre dans un groupe de soutien en graphisme. Bon, si il a fait de gros progrès en écriture, il fait toujours mal ses chiffres mais ne voit absolument pas le problème. Quelle importance ?

Bref, nous avons félicité Chichi pour ses progrès. Il était fier comme un coq.

Un peu plus tard dans la soirée, il m’a avoué que quasiment toute la classe a désormais le droit d’écrire au bic. Ce n’était pas si exceptionnel que ça en fait. Néanmoins l’avoir grandement félicité l’avait boosté dans ses efforts.

Un soir en rentrant, je lui ai demandé comment c’était passé sa dictée (de 5 mots je crois). Il m’a répondu :

“Trop facile ! J’ai eu tout bon !

– Génial ! Tu as bien réussi à écrire PLUS , tu n’as pas écrit POULOS cette fois ?, ai-je répondu tout sourire

– Nan mais la maîtresse a dit que si on ne savait pas, on n’avait qu’à mettre une croix alors j’ai mis 2 croix, mais le reste, je savais”

Déception pour moi. Néanmoins je n’ai rien laissé transparaître. Je vous avoue que c’est dur pour moi de ne pas souligner les échecs et je ne sais pas comment faire pour l’aider sans que Chichi ne voit cela comme un échec. Un jour, je confesse, je me suis un peu énervée. Chichi ne voulait pas faire ses devoirs et je venais de voir ses évaluations en maths. Je ne comprenais pas comment il avait pu avoir faux à un exercice qu’il fait les doigts dans le nez à l’oral ou dans le cahier qu’on avait acheté. Puis la maîtresse avait noté qu’il faisait mal ses chiffres. Bref, je lui ai fait remarqué qu’il avait eu faux à un calcul parce qu’il était entrain de me dire que les maths, c’était trop simple. Vexé, il était parti pleuré en boule sous son bureau. Il m’avait fait mal au cœur. Je m’étais sentie dure.

Je n’ai jamais été tendre avec Chupa, encore aujourd’hui quand elle fait un DM de maths, j’ai souvent du mal à garder mon sang froid quand elle ne comprend pas un exercice qui me paraît d’une facilité enfantine.

Alors je travaille sur moi. Parfois je n’y arrive pas. Mais j’ai lu que des expériences avaient été menées et qu’il n’y a pas de doutes sur le fait que la bienveillance en milieu scolaire aide les élèves à se surpasser, leur donne confiance en eux et les motive. Après je ne suis pas certaine qu’être trop sûr de soi soit une bonne chose, d’ailleurs si Chichi se trompe en maths c’est par un manque de concentration dû à trop de confiance, mais cela lève des barrières. Tout comme ce rôle de délégué que Chichi prend vraiment très à cœur et le booste pas mal.

Enfin, en ce moment, face à son comportement parfois insolent, j’ai beaucoup de mal à rester bienveillante. Je reste calme jusqu’à ce que j’explose.

 

P.S: j’essaie de ne pas trop regarder le niveau des autres enfants de blogueuses/instragameuses également au CP car j’ai toujours le sentiment que Chichi est en retard. Y en a qui lisent déjà des romans et d’autres qui écrivent super bien. J’avais la même impression avec T-Biscuit et Chupa et pourtant ils sont désormais au collège et parmi la tête de classe. Ne pas comparer, ne pas comparer, ne pas comparer …

Auteur de l’article : MissBrownie

Je m’appelle Anabel et je suis maman de 3 enfants. Lilloise depuis 1998, je vous raconte mes aventures de famille à la fois douces et piquantes depuis 2008. Retrouvez moi également sur Instagram et twitter sous le pseudo missbrownieblog.

12 commentaires sur “Calme et Zen pendant les devoirs

    Estelle

    (22 novembre 2017 - 19:25)

    Pour ma part, je me dis qu’apprendre quoi que ce soit, c’est comme apprendre à faire du vélo, il faut se casser la figure pour y arriver ou, dans le cas de l’école, faire des erreurs. Je me dis que ce ne sont pas des échecs, mais des apprentissages.

      MissBrownie

      (23 novembre 2017 - 12:31)

      Oui, tu as raison, ce sont des apprentissages, mais il y a différentes manières de les aborder et parfois je peux être trop dans le négativisme, ce qui ne motive pas l’enfant

    Nancy

    (22 novembre 2017 - 20:09)

    Tu as entièrement raison mais j’avoue honnêtement que c’est difficile parfois de rester bienveillante !
    Bon courage <3

    Anne M.

    (22 novembre 2017 - 20:16)

    Je t’avoue qu’en tant que prof je pratique la bienveillance au quotidien avec mes élèves mais je suis parfois plus exigeante avec ma fille. Je trouve que du travail écrit chaque soir est utile et même si ce n’est que 5 minutes je prends cette initiative. Le paradoxe du prof qui suit les directives ministérielles sans forcément y adhérer..

      MissBrownie

      (23 novembre 2017 - 12:38)

      Chichi aimerait bien avoir un peu de travail écrit à faire le soir, surtout des maths d’ailleurs. Et je pense que ça lui ferait du bien d’écrire un peu, même si parfois il le fait de lui même

    Lili et ses filles

    (22 novembre 2017 - 20:46)

    Ici aussi on découvre les devoirs avec Pimprenelle, pas facile de rester zen, même si la plupart du temps elle les fait sans râler. Pour te rassurer, elle écrit encore régulièrement ses chiffres à l’envers … Et comme Chichi, une fois, à une dictée, elle ne savait pas écrire “sans” alors elle m’a dit, “c’est pas grave, maman, j’ai fait semblant”, ah oui ok ^^

      MissBrownie

      (23 novembre 2017 - 12:41)

      Haha ce sont de sacrés petits coquins. En fait, ils ne sont pas du tout stressés pour le moment. Eux sont zens.

    mamansurlefil

    (23 novembre 2017 - 9:06)

    Oh oui, ne pas comparer ! Mais c’est loin d’être facile… Même entre enfants d’une même fratrie… Ici, ils n’ont pas du tout les mêmes facilités sur les mêmes sujets et donc il est très difficile de se faire une idée réelle du niveau… Si souci, il y avait, le corps professorale t’aurait averti… Ici aussi, elle fait beaucoup de fautes d’inattention par excès de confiance parfois… Mais, je travaille beaucoup sur moi aussi à ce sujet !

    Virginie

      MissBrownie

      (23 novembre 2017 - 12:52)

      En tant que parents, on a beaucoup de mal à ne pas comparer les bulletins de Chupa avec ceux de T-Biscuit l’année précédente … C’est vraiment avec l’entrée au collège que je prends conscience du niveau de mes enfants car il y a de vraies notes (en primaire ils avaient que des acquis- en cours d’acquisition – non acquis ). Mais mes collégiens n’aiment pas les notes car cela leur met trop la pression d’après eux (et pourtant ils ont de bonnes notes)
      Pour Chichi, j’espère qu’il y aura des rendez-vous en décembre ou janvier avec la maîtresse. Mais je ne pense pas que Chichi ait de soucis (même si pour la lecture, il est fonctionne encore trop avec la méthode globale et ne se concentre pas assez sur les syllabes).

    Mom and studies

    (23 novembre 2017 - 14:43)

    Je n ai pas encore plongé ds le monde des “devoirs” mais j appréhende déjà … j espère que les profs n en donneront pas trop . Apres une longue journee d ecole nos petits ont ausso besoin de se détendre .

    Annaelle

    petitdiables

    (23 novembre 2017 - 15:11)

    Hélas dans ce domanine on reproduit ce qu’on a vécus enfants, c’est un terrain très miné les devoirs. Depuis qu’on fait RIE ici, quel soulagement avec cette corvée…

Laisser un commentaire