Le manque d’imagination

Ce billet j’aurais également pu l’intituler “Apprendre à jouer seul” car il est également question de cela. D’une manière générale, quand on pense aux enfants, nous les imaginons entrain de jouer. Les enfants, ça passe leur vie à jouer, non ? Pourtant, il est fréquent que j’entende Chichi me dire :

“Maman, dis moi à quoi jouer”

C’est à croire que cet enfant manque cruellement d’imagination et ne sait jamais à quoi jouer. Pourtant, dans sa chambre, les jouets ne manquent pas.

imagination enfant

Grandir dans des conditions différentes

Avec leurs 18 mois d’écart, ce fut un peu comme si T-Biscuit et Chupa avaient toujours été 2. Dès que Chupa a été en âge de tenir assise, ils ont presque toujours joué ensemble. Surtout à des jeux de mimétisme, ceux qu’ils appellent aujourd’hui “jouer à la vraie vie” quand ils jouent en mode libre aux jeux vidéo Lego. Petits, ils ont beaucoup joué au papa et la maman, au super-héros qui sauve la princesse ou encore au cuisinier et à la femme qui commande dans un restaurant. Une chose est sûre, ils ne manquaient pas d’imagination et de créativité. Même quand ils jouaient avec des figurines, ils arrivaient à mêler les genres. Les gormiti débarquaient dans la vie des Polly Pocket.

Bien qu’il n’ait que 5 ans de moins que Chupa, Chichi a grandi dans des conditions bien différentes de ses aînés. Si on jouait au jeu des 5 différences, je pourrais noter :

  1. Chichi n’a pas été gardé en collectivité avant son entrée à l’école
  2. Chichi n’a pas une soeur ou un frère ayant 18 mois de plus ou moins que lui
  3. Quand Chichi est né, les smartphones et consoles de jeux avaient déjà envahi notre quotidien
  4. Chichi a grandi entouré de 2 aînés déjà scolarisés en classe de primaire
  5. Chichi a toujours pu jouer dehors dans le jardin contrairement à T-Biscuit et Chupa puisque nous habitions en appartement avant sa naissance

L’ensemble de ces différences a eu un impact sur le développement de mes enfants. Certes le tempérament de l’enfant entre aussi en compte. Par exemple, Chupa n’a jamais eu de mal à rester des heures seule dans sa chambre pour jouer alors que T-Biscuit en était incapable. Être seul lui faisait peur.

Le smartphone : l’ennemi de l’imagination

Devant le manque d’imaginaire pour jouer de Chichi, nous en avons cherché les causes. Chichi n’avait pas toujours été un enfant ne sachant pas à quoi jouer. Finalement, tout cela s’était visiblement accentué à cause du smartphone.

En effet, si il y a quelques années en arrière je me félicitais que Chichi ne s’intéresse pas ou peu aux écrans, tout a subitement changé vers ses 5 ans. Au début, nous étions fascinés de le voir comprendre si vite et jouer à des jeux éducatifs. Seulement très vite, il a découvert d’autres jeux moins pédagogiques et comment les installer sans devoir nous le demander.

D’un enfant qui passait peu de temps devant les écrans, il est devenu accro et je n’ai pas su imposer des limites assez vite. Il faut l’avouer, c’est parfois une solution de facilité pour avoir le calme.

Ne réussissant pas à faire respecter des limites horaires (Chichi se cachait discrètement), nous avons finalement totalement interdit le smartphone en période scolaire. Désormais, Chichi peut uniquement y jouer durant les vacances.

Sans smartphone, son comportement a changé

Petit à petit, Chichi a réappris à s’occuper sans téléphone entre les mains. Certes au début, il a énormément râlé, pleuré, dit que je devais lui dire à quoi jouer. Maintenant, plus le temps passe et plus je vois son imagination prendre vie.

Un jour où il me demandait encore à quoi jouer, je lui ai demandé pourquoi il ne décidait pas lui-même. Il m’a répondu :

“Parce que j’ai trop d’idées dans la tête et je ne sais pas laquelle choisir”

Ces dernières semaines, c’est avec surprise et fierté que je l’ai vu enfin prendre plaisir en dessinant. Bon, il râle car il n’y arrive pas comme il le voudrait et se décourage, se trouve nul. Néanmoins, il a découvert qu’il pouvait dessiner le DJ Marshmallow, célèbre skin fortnite (je vous rassure, il n’y joue pas mais T-Biscuit oui et il nous a fait regarder son concert virtuel en direct) avec l’aide de son double décimètre. Au moins cela l’entraîne à utiliser sa règle car il y a peu, il peinait à faire des traits droits.

Aussi, un jour, il a utilisé des tas de feuilles afin de dessiner des personnages issus de Dragon Ball Super puis a fait combattre ses bouts de papier entre eux.

Dernièrement, il a aussi voulu inventer son propre jeu de cartes façon pokémon avec des points de dégâts. Il a imaginé des tas de dragons (son sujet favori du moment), des cartes légendaires, des personnages moins forts comme un lutin. Ensuite il a décidé de tout coller dans un carnet pour en faire une collection.

MrRéglisse a tiré la sonnette d’alarme face à l’utilisation abusive du smartphone et il a bien fait ! L’imagination revient peu à peu pour Chichi.

Je peux vous assurer que nos ados râlent également beaucoup car ils sont les seuls de leurs amis à être interdits de smartphone après 19h (ils débordent parfois mais ne le gardent jamais pour la nuit).

Et vous, vos enfants ont-ils beaucoup d’imagination ? En tout cas, moi je n’en manque pas !

imagination dessin san goku enfant semaine 9 2019

Auteur de l’article : MissBrownie

Je m'appelle Anabel et je suis maman de 3 enfants. Lilloise depuis 1998, je vous raconte mes aventures de famille à la fois douces et piquantes depuis 2008. Retrouvez moi également sur Instagram et twitter sous le pseudo missbrownieblog.

10 commentaires sur “Le manque d’imagination

    Nancy

    (14 mars 2019 - 20 h 28 min)

    J’aime bien ton post, c’est très mignon, et bravo à Chichi <3

      MissBrownie

      (15 mars 2019 - 10 h 28 min)

      Merci Nancy 🙂 Tes compliments me font toujours chaud au coeur <3

    petitdiables

    (15 mars 2019 - 8 h 54 min)

    Ca dépend aussi telement du caractère de chaque enfant. Ici c’est ma grande qui avait besoin d’aide pour trouver des activités, sans aucun écran pourtant. Cromignon et Polochons sont plus indépendants et ont leurs jeux seuls sans aide.

      MissBrownie

      (15 mars 2019 - 10 h 30 min)

      C’est vrai que le caractère de l’enfant joue pour une grande partie, mais le smartphone n’a vraiment pas aidé Chichi à se construire un monde imaginaire par le jeu réel

    Emma June

    (15 mars 2019 - 9 h 50 min)

    Ahah, comme toujours tes articles me parlent quand il s’agit de Chichi (du même âge que mon loulou)!
    De fait, il s’ennuie aussi beaucoup! alors qu’il a tellement de jeux…
    On a limité les écrans (il n’a jamais eu le droit aux jeux vidéos encore, ou extrêmement ponctuellement le week end avec son père).
    Son caractère est beaucoup plus apaisé sans et son imagination est par “à coup”. Genre, il va tourner en rond et puis paf, d’un coup, trouvé une idée folle (une chanson, une création d’objets-voir les EEV d’aujourd’hui, ou encore partir dans une histoire et se déguiser etc)
    Son souci est qu’il aime peu rester seul, alors que, moi, enfant, j’aimais ça et donc je jouais des heures dans ma chambre…
    Comme tu le dis, cela dépend du caractère et pas seulement de la fratrie.
    bon week end!

      MissBrownie

      (15 mars 2019 - 10 h 37 min)

      Effectivement pour Chichi c’est ça aussi, c’est par à-coup. D’ailleurs ces derniers jours, ils se déguisent beaucoup et cela ne lui était pas arrivé depuis très longtemps.

    GirlsnNantes Eva

    (15 mars 2019 - 10 h 43 min)

    coucou

    ici on limite les écrans au max et on les laisse volontairement s ennuyer du coup ils savent qu ils ont pas le choix et ils s’occupent seuls mais ils ont que 8 et 10 ans donc on verra dans quelques années 🙂

      MissBrownie

      (15 mars 2019 - 10 h 58 min)

      Chichi a 8 ans également, mais je trouve qu’il est beaucoup plus compliqué d’imposer des règles quand il y a 2 aînés qui eux ont gagné plus de “liberté”.

    Vinie

    (15 mars 2019 - 11 h 22 min)

    Lù a 8 ans et clairement il ne sait pas s’occuper ni jouer seul… Il faudrait toujours que quelqu’un soit avec lui pour jouer. Si il se retrouve seul, il nous tourne autour en nous disant “je ne sais pas quoi faire, je m’ennuie”… Et j’ai beau sortir de la peinture, les Qixels, des perles Hama, des cahiers de coloriage, … Rien n’y fait !
    En ce moment, il est ravi car Ruben commence à bien jouer avec lui, à l’écouter et ils arrivent à se créer des histoires. Et comme Tim (11 ans) préfère s’isoler dans sa chambre avec un livre, il est content d’avoir un nouveau compagnon de jeux 🙂

    Ruben (31 mois) n’a aucun mal à jouer seul mais par contre il faut qu’on soit présent dans la pièce dans laquelle il joue, il n’aime pas rester seul…

    Une parisienne à Vincennes

    (15 mars 2019 - 20 h 44 min)

    Mes filles jouent facilement seules
    A la maîtresse, à dessiner, à danser ..

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.