Vis ma vie de Néo-Titulaire de l’éducation nationale

Voilà ce que je suis aujourd’hui, une néo-titulaire de l’éducation nationale. Malgré mon âge, malgré mes expériences professionnelles précédentes, je suis une débutante dans l’enseignement.

Selon les académies et même les zones géographiques, être néo-titulaire n’a pas toujours les mêmes inconvénients. Cependant, être jeune enseignant sur la métropole lilloise signifie se retrouver de nombreuses années sans classe à soi. Enfin sauf extrême coup de chance. Ou points bonus au barème. Pourtant, dans l’imaginaire collectif, quand on a pour profession professeur des écoles, on a sa propre classe.

Malheureusement, c’est loin d’être toujours possible. Surtout autour de Lille. A Maubeuge, c’est tout de suite plus simple.

Il paraît que l’algorithme est fait pour qu’il n’y ait pas d’injustices. Même en ayant demandé l’aide de plusieurs syndicats, je crois que mes vœux ne devaient pas être optimisés. Enfin, un syndicat avait tout de même été totalement pessimiste en m’annonçant que je n’aurais sûrement rien au mouvement.

Alors oui, ce n’est pas très mature comme réaction mais je suis un peu amère et jalouse quand je constate que des stagiaires ont obtenu des postes que j’aurais aimé avoir. Ou bien un poste définitif dès la 1ère année alors que je n’avais obtenu qu’un poste provisoire. Je ne dois pas avoir le bon manuel, c’est certain.

Bref, mercredi matin, j’étais encore pleine d’espoirs. J’espérais secrètement avoir été la seule à postuler sur le poste d’une amie qui participait au mouvement. Il a dû en être autrement.

La déception a été grande en découvrant que j’avais obtenu mon 27ème vœu sur 30. Un vœu ajouté par peur de ne rien avoir et d’être envoyée loin de chez moi. Un vœu faute de mieux. Un vœu parce que finalement les remplacements ça ne m’avait pas tant déplu, au contraire. Mais cette année, c’était particulier puisque j’avais tout de même ma classe 2 jours par semaine.

Aux résultats du mouvement, j’ai donc obtenu un poste définitif de remplaçante dans la circo à côté de chez moi. Point positif, j’aurai moins de route à faire. Néanmoins je boude au fond de moi. Je fais l’enfant pas contente car je ne pourrai pas utiliser tout le matériel que j’ai acheté au fil de l’année. J’ai l’impression que si je dis que je suis remplaçante, on ne me prendra pas pour une vraie enseignante. Comme si j’étais inférieure à celles et ceux qui ont leur classe.

Alors oui, c’est une réaction immature. Certains PE ayant leur classe depuis 10 ans veulent justement devenir remplaçant car c’est moins de paperasse administrative, moins de pression, moins d’ennuis avec les parents d’élèves mais pour le moment je suis déçue.

J’y croyais vraiment. Je me convaincs également que je dois faire confiance au mektoub et que ça devait être ainsi. Malgré tout, je suis triste que mes idées et achats prennent la poussière pour certainement quelques années encore.

Auteur de l’article : MissBrownie

Je m'appelle Anabel et je suis maman de 3 enfants. Lilloise depuis 1998, je vous raconte mes aventures de famille à la fois douces et piquantes depuis 2008. Retrouvez moi également sur Instagram et twitter sous le pseudo missbrownieblog.

4 commentaires sur “Vis ma vie de Néo-Titulaire de l’éducation nationale

    Dor

    (13 juin 2021 - 22 h 26 min)

    Je comprends ta déception. Cette année la maitresse de ma fille a ete arrêtée pour une raison inconnue au bout de 2 semaines d’école (on n’a même pas eu le temps de la voir pour la réunion de rentrée). De fil en aiguille on a passé toute l’année avec une super remplaçante. Même si elle a du faire avec certains choix de la maitresse titulaire, au final elle a eu sa classe toute l’année. Je te souhaite la même aventure, ou au moins de tomber dans des écoles sympa où tu decouvriras peut-être plein de nouvelles pratiques qui t’inspireront pour la suite !

      MissBrownie

      (14 juin 2021 - 17 h 01 min)

      Merci pour ton commentaire.
      On verra bien ce que me réserve cette année comme surprises.
      J’aurais été rassurée si j’avais pu obtenir un poste de titulaire secteur sur la circo où j’étais cette année car la directrice souhaitait que je reste sa décharge du lundi/ mardi, malheureusement j’ai dû mettre ce voeu trop loin dans ma liste. J’espérai tellement avoir la chance d’obtenir un poste à moi.

    Nancy

    (15 juin 2021 - 11 h 38 min)

    Comme je te comprends, je me souviens de ce sentiment :/

    Je me dis pourtant en te lisant que rien n’est fait au hasard et que tu auras sur ton chemin des élèves qui avaient sans doute besoin de te rencontrer en tant que maîtresse, peu importe que tu sois remplaçante ou pas.
    C’est même sûr <3
    Et je suis d'accord avec le commentaire précédent, aussi bien tu auras une classe toute l'année et tu pourras investir ton matériel :))

    petitdiables

    (15 juin 2021 - 14 h 51 min)

    C’est pénible d’être remplaçant quand on ne l’a pas choisi, mais ça a aussi ses avantages. Ma mère était PE et a choisi d’être remplancante ses dernières années de taf, elle aimait bien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.