La supercherie du Père Noël chez nous

Père Noël

Tous les ans revient la polémique autour du Père Noël : le plus gros mensonge des parents (alors qu’on ne cesse de leur répéter qu’il ne faut pas mentir).

Nos enfants doivent-ils y croire ou non ?

Chacun a ses raisons de vouloir faire vivre ou non le Père Noël dans le cœur de ses enfants.

Voici notre cas personnel (et qui n’a rien d’universel) …

Mon mari n’avait jamais fêté Noël avant de vivre avec moi. Il n’avait jamais installé de sapin ou reçu de cadeaux le 24 ou 25 décembre. Depuis 18 ans, les choses ont changé pour lui. C’est pour Noël 1999 que nous nous sommes offerts nos premiers cadeaux. Et honte à moi, je ne sais plus avec certitude ce que contenait le mien … Est-ce cette année là qu’il m’a offert une jolie montre Fossile ?

Quand T-Biscuit est né, nous n’avons pas spécialement anticipé le fait de lui faire croire ou non au Père Noël. Enfin, je savais que MrRéglisse était plutôt contre. L’idée que ses enfants remercient un gros barbu habillé en rouge de leur offrir des cadeaux alors que c’est la famille qui est derrière, ça ne lui plaît pas.

Seulement, nous n’avons pas vraiment eu notre mot à dire dans cette histoire.

T-Biscuit est allé en crèche, puis à l’école à 2 ans 1/2. Dans ces 2 établissements publiques (et laïques), des fêtes de Noël sont organisées. Un jour de décembre, notre fils est rentré en nous parlant du Père Noël, les yeux pétillants comme des feux d’artifice. Nous n’avons pas eu à cœur de briser la magie. Je crois que c’était la première année qu’il prenait réellement conscience de cette fête durant laquelle il serait gâté.

Nous nous sommes laissés entraîner dans le mensonge. Après, il est difficile de revenir en arrière.

Nous en avons un peu profité aussi, tant qu’à faire.

Puis, quelques années plus tard, T-Biscuit est entré au CP et il m’a posé la fameuse question. Chupa avait tout juste 5 ans et elle adorait la magie qui entourait le personnage du Père Noël. Seulement elle était là et elle avait tout entendu. Ce fut peut-être un peu brutal pour elle. Elle ne savait pas trop qui avait raison alors pendant quelques temps, elle a décidé de continuer à y croire. Les téléfilms de Noël aident un peu à créer la féerie.

Seulement, aujourd’hui, à 12 ans, elle est catégorique : Le Père Noël est le pire mensonge perpétué par les parents. D’après elle, c’est honteux de faire cela aux enfants et encore pire de leurs demander d’aller sur les genoux d’un inconnu pour faire une photo et parfois un bisou (nous n’avons jamais forcé nos enfants à faire une photo avec le Père Noël. D’ailleurs je ne suis pas sûre qu’on en ait une seule).

Chupa a donc décidé que Chichi devait savoir la vérité. De notre côté, nous ne l’avions jamais encouragé à y croire.

Mais entre ce que disent les copains et le Père Noël qui passe tous les ans chez mes parents (en chair et en os et qui discutent avec les enfants – enfin celui de l’année dernière était très bizarre), mon tout-petit avait toujours un petit doute, surtout que pour ses cousins/cousines, nous entretenons le mythe.

Au fond de nous, même si nous ne voulions pas que nos enfants croient au Père Noël, mais remercient plutôt la famille de ce moment d’échange et de partage, nous avons toujours culpabilisé que nos enfants puissent détruire les rêves des autres enfants et les mensonges des autres familles.

Au fil des années et des générations, ce mensonge a pris un peu trop d’ampleur, non ? Ce serait bien de revenir à quelque chose de plus simple. Dire que mon père était heureux s’il trouvait des clémentines ou un livre au pied du sapin …

Quand j’ai dit à Chichi que cette année il aurait une orange à son prénom et rien d’autre, il était outré. Face à son comportement certains jours, il ne méritait pas plus.

Finalement, ce sont parfois nos enfants qui décident d’y croire quelque soit nos idées de départ. Si le Père Noël ne passait pas partout : à l’école, au sport, dans les centres commerciaux, ce serait plus simple de déjouer la supercherie.

Père Noël ou pas, le plus important est de passer un doux moment avec ceux qu’on aime, sans prise de tête et de s’en réjouir simplement. Avec un bon dessert quand même (oui, c’est la gourmande de sucré qui parle)

P.S: Je vous invite à lire ce billet que j’avais écrit il y a 5 ans déjà sur Noël et sa signification.

Auteur de l’article : MissBrownie

Je m’appelle Anabel et je suis maman de 3 enfants. Lilloise depuis 1998, je vous raconte mes aventures de famille à la fois douces et piquantes depuis 2008. Retrouvez moi également sur Instagram et twitter sous le pseudo missbrownieblog.

10 commentaires sur “La supercherie du Père Noël chez nous

    Nancy

    (5 décembre 2017 - 12:45)

    Que dire ?? 100 % d’accord avec toi, même si c’est très compliqué à gérer, j’avoue, quand il ne faut pas blesser les sensibilités.
    Merci pour ce post sincère qui n’empêche pas de rêver sans y croire devant les histoires féériques.

      MissBrownie

      (5 décembre 2017 - 14:18)

      Merci Nancy pour ton gentil commentaire.
      Ce n’est pas toujours simple par écrit d’expliquer son point de vue sans blesser. On adore rêver et imaginer des trucs loufoques 😉 Je dis souvent à mes enfants qui si ça leur fait plaisir de croire en quelque chose et que cela les rend heureux, ils ont le droit d’y croire. Mais sans imposer leur vision des choses aux autres bien sûr.

    escarpinsetmarmelade

    (5 décembre 2017 - 13:29)

    Pour moi, le mot supercherie est vraiment connoté négativement. Je parlerais plutôt d’invention et de rêverie. Je trouve ça merveilleux, de croire au Père Noël, ça ajoute une magie supplémentaire, à mon sens. Pourtant, nos enfants ne reçoivent que trois ou quatre cadeaux, pas plus, mais cette attente, la nuit de Noël, à guetter le moindre bruit, en espérant surprendre le Père Noël, je la trouve magique.

      MissBrownie

      (5 décembre 2017 - 14:27)

      Oui, supercherie est peut-être trop négatif pourtant pour moi, c’est le mot qui convient.
      Au final, c’est peut-être nous, les parents qui retirons le plus de satisfaction à voir la magie dans les yeux de nos enfants parce que de leur côté, ils peuvent être frustrés de ne jamais le voir ou avoir peur de ne pas avoir été assez sage ou ne pas comprendre pourquoi ils n’ont pas tous les cadeaux de leur wishlist.
      Bref, je trouve qu’il y a des valeurs plus belles à partager à Noël que le Père Noël 😉
      Et j’avoue, avec ma soeur, on en a joué aussi de cette attente du Père Noël. Ça anime la soirée. On en a entendu des clochettes imaginaires ou vu des lumières dans le ciel qui devaient être le traîneau.

    mamansurlefil

    (5 décembre 2017 - 14:21)

    Je ne vois pas vraiment ça comme un mensonge ou une supercherie à partir du moment où l’on reste à l’écoute des croyances de l’enfant et dans le respect… C’est une invitation au rêve et à la magie. Je pense que si l’enfant entend la vérité quand il est prêt à l’entendre, il n’y a pas de souci… Chacun sa façon de voir les choses et sa propre expérience de toute façon !

    Virginie

      MissBrownie

      (5 décembre 2017 - 14:40)

      Oui, chaque famille a sa façon de voir les choses. Vivre avec quelqu’un qui n’avait jamais fêté Noël m’a fait reconsidérer les choses sous un nouvel angle. Pour autant, il est impossible pour moi de ne pas fêter Noël en famille.
      Enfin, mon billet c’était surtout pour dire que finalement dans notre société, on n’avait pas vraiment le choix … même en n’en parlant jamais à son enfant il finit par croire au Père Noël 😉

    Fanny

    (5 décembre 2017 - 16:53)

    Bonjour, personnellement j’ai toujours du mal à comprendre cette polémique. Et je ne comprends pas non plus qu’on emploie le terme de mensonge. C’est un rêve, une magie… dans ce cas on devrait interdire aussi les spectacles de magie ? Si vraiment il y avait un problème grave à faire rêver les enfants sur le Père Noël, il y aurait plus de 40 millions de traumatisés en France aujourd’hui. Je n’ai jamais entendu parler d’enfants ou d’adultes qui en seraient bouleversés. Je ne pense pas que de l’illusion ait un effet néfaste pour les enfants bien au contraire, qu’ils en profitent avant d’affronter leur vie d’adultes pas toujours facile. Et pour ce qui est de remercier la famille, mes parents me précisaient toujours que c’etait telle ou telle personne qui avait commandé pour moi au père noel. J’y ai toujours cru et tout le monde était content. En tout cas je trouve que ça fait du bien de voir des yeux d’enfants qui pétillent d’excitation la veille de Noël. Avis personnel bien sûr et non pas critique envers ceux qui pensent différemment.

      MissBrownie

      (5 décembre 2017 - 17:34)

      Je suis d’accord avec toi sur le fait que ça fait du bien de voir les yeux des enfants qui pétillent.
      Enfant, j’entendais aussi parler du Père fouettard et cela faisait tout de même plus flipper.
      J’aime les mythes et les légendes, l’imaginaire et tout ce qui fait rêver. En approfondissant le sujet, le mythe du Père Noël est intéressant et beau mais je crois que je n’aime pas ce que l’industrie marketing en a fait.

    Cleophis

    (8 décembre 2017 - 11:48)

    C’est vrai que voir le Père Noël à tous les coins de rue et toutes ces applis où tu peux voir une vidéo personnalisé incitent les enfants à y croire à fond et la chute est plus rude. Personnellement, j’adore les fêtes de Noël et j’adore le mythe du Père Noël parce que je trouve que c’est une jolie histoire. Mais j’essaye de ne pas trop en faire. Par exemple les enfants ne voient jamais le Père Noël le soir du réveillon, il faut dormir pour qu’il passe!! Je trouve que c’est plus facile à digérer après que de se dire que Papa/Papy/Tonton nous a pris pour des cloches en se déguisant tous les ans.
    Ma fille a 7 ans et nous a posé la question cette année. Je lui ai dis la vérité parce que je ne voulais pas qu’elle se ridiculise auprès de ses camarades d’école, il y a un moment où il faut savoir s’arrêter. La première chose qu’elle m’a dite, c’est que ce n’était pas possible puisque son père lui avait montré une vidéo du Père Noël sur son traineau l’année dernière (et hop, une leçon sur Internet et la différence entre virtuel et réalité). Plus tard, elle m’a dit qu’elle croyait quand même au Père Noël: il vit au Pôle Nord où il fait froid et ne peut pas venir en France parce qu’il fait chaud donc les parents le remplacent. Je la laisse dire, je vois qu’elle a encore envie de vivre la magie à fond avec son petit frère. Je pense que la transition se fait tout doucement et que c’est moins brutal pour elle de cette façon.

    Camille

    (12 décembre 2017 - 20:08)

    Coucou. Chez nous, ça a été vite réglé. YouTube s’en est chargé. 🙂 Mon ainé m’a dit un jour : Maman, tu sais, le père Noël n’existe pas et il m’a mis une vidéo sous le nez montrant un monsieur qui se déguise en père Noël. Ensuite, à la maternelle, la maîtresse était contre l’idée de berner les enfants, du coup, pas de souci de ce côté-là. 😉

Laisser un commentaire