Hommage aux Mamans des Champions

N’importe quel lecteur suivant mon blog un minimum sait à quel point T-Biscuit rêve de devenir une Star de la NBA. Il ne se passe pas une journée sans qu’il imagine sa future vie de basketteur professionnel à Miami, sans qu’il ne s’inquiète de savoir s’il y a vraiment beaucoup de tornades en Floride et s’il n’y a pas au moins une ville là-bas échappant aux catastrophes naturelles. Non, T-Biscuit n’est pas aussi téméraire que mon frère qui rêve d’aller vivre au Japon malgré les séismes et la radioactivité. Mais pour T-Biscuit, ses futures collègues seront certainement les fils de LeBron James. Le fils de Tony Parker sera plus de la génération de Chichi.

En hypothétique futur champion, T-Biscuit passe sa journée à sauter. Sauter pour toucher le haut du frigo comme s’il dunkait. Sauter pour tenter d’atteindre les luminaires. Il passe également ses journées à faire le mouvement du lancé de ballon, en prenant soin de casser la courbe de son poignet à la fin, comme les pros.

Il est à fond dans son rêve. Mais en tant que parents, nous ne sommes peut-être pas aussi enthousiastes que lui et nous l’encourageons surtout scolairement. Le basketball doit rester un plaisir. En tant que parents, nous ne sommes peut-être pas assez rêveurs, nous ne croyons peut-être pas assez en notre “espoir“. Trop petit, pas assez bon. Des briseurs de rêves ?

Pourtant, à quelques semaines des jeux Olympiques d’hiver de Sochi, là où il n’y aura pas de basketball, mais de nombreux champions qui un jour, ont été enfant, avec des rêves et des espoirs, il y aura également des parents, des mamans, qui ont cru en leurs enfants. Elles ont été présentes pour soutenir leurs petits champions, pour soigner les bobos, rassurer, encourager.

Chaque jour, je tente de donner les meilleures bases pour l’avenir à mes enfants, de les préparer, d’anticiper. Je ne leur interdit pas de rêver. Je les avertis juste pour qu’ils ne soient pas déçus en cas d’échec.

Pour devenir un champion, il faut souvent faire des concessions. T-Biscuit est-il prêt à les faire ? Pour le moment, il a déjà consenti à faire l’effort de boire 2 verres de lait par jour pour le basket alors qu’il ne buvait plus de lait depuis 4 ans.

Une chose est sûre, en tant que parents, nous ne lui mettons pas de bâton dans les roues et chaque samedi, MrRéglisse est là pour le soutenir et l’encourager lors de ses matchs. Si je n’y suis pas, c’est parce que Chichi ne sait pas encore rester assez sage durant tout un match. Il aimerait aller sur le terrain.

A l’occasion des jeux Olympiques de Sochi, P&G, partenaire des jeux, a choisi de rendre hommage aux enfants des athlètes internationaux à travers son nouveau film événement Merci maman intitulé « Pick Them Back Up » (Soutenez-les).

Lire la suite de à proposHommage aux Mamans des Champions

“Tu n’es pas la Maman la plus Parfaite du Monde!”

bus-vintage-fisher-price

Encore une fois, il a fallu que je gronde Chupa parce qu’elle ne voulait pas faire ses devoirs… Enfin si, elle voulait bien les faire, mais à 1m de moi et en lisant dans sa tête. Comment savoir si elle lit bien ses mots de 3 syllabes si c’est dans sa tête ? TiBiscuit m’avait déjà bien énervé en râlant pour apprendre sa dictée préparée… trop longue, trop compliquée… Bref, Chupa a été puni. Je n’avais pas envie d’essayer d’arrondir les angles. Parfois j’en ai marre d’arrondir les angles pour que tout le monde soit satisfait.

Chupa fut invitée à gagner sa chambre sur le champ, histoire de réfléchir un peu à son comportement et à revenir dans de meilleures conditions.

C’est là, en montant les escaliers à pas d’éléphanteau, à croire qu’elle tente d’éventrer les marches en bois, qu’entre 2 sanglots, elle a crié :

“Tu n’es pas la maman la plus parfaite du Monde!”

Oh! Mais je n’ai jamais essayé de faire croire que j’étais parfaite! Je ne veux pas être une maman parfaite. Puis ça change du :

Lire la suite de à propos“Tu n’es pas la Maman la plus Parfaite du Monde!”