Nouvelles lectures du soir

En ce 23 avril 2015, 20ème journée mondiale du livre, j’ai envie de vous présenter les nouveaux albums jeunesse qui ont récemment rejoint la bibliothèque de mes doudoux.

Samedi, mon tout-petit a choisi 3 livres pour lui : Un livre de Hervé Tullet, acheté chez France Loisirs, Petit-Arbre veut grandir et Célestin organise le concert de l’océan, deux albums de Nancy Guilbert, rencontrée lors du salon du Livre de l’établissement Saint Odile à Lambersart.

DSCN1458

DSCN1459

Dans la boutique France Loisirs de Lille, Un livre de Hervé Tullet est le seul album jeunesse qui a trouvé grâce aux yeux de Chichi. Je l’ai feuilleté brièvement et je n’y ai vu que des ronds. Partout des ronds. J’étais septique quant à l’intérêt de cet album, mais Chichi a insisté.

Nous avons déjà 2 albums de Hervé Tullet, des albums simples mais efficaces, des albums qui plaisent alors j’ai accepté de passer en caisse avec « Un Livre ».

Lors de la 1ère lecture, je fus très surprise. Cet album est un peu comme un jeu sur tablette tactile sauf qu’il n’y a rien de numérique. Juste des pages à tourner tout en croyant un peu à la magie. Chichi était mort de rire. Tellement que T-Biscuit est venu voir ce qui se passait dans la chambre voisine. Et malgré ses presque 11 ans (lui dit qu’il a 10 ans), il a participé. Ensuite, il a souhaité relire l’album à son petit frère. Il me dit qu’il se souviens de ce livre, qu’il l’avait dans son ancienne école et que tous les enfants l’adoraient. J’ai un peu de mal à y croire puisqu’il a été publié en 2010 …

Tous les soirs, Chichi ma demande le livre des ronds. Il adore. Mais c’est typiquement le genre d’album qui lui fait dire :

« Je veux comme je veux !« 

Oui, parce qu’il ne veut pas respecter les consignes … Quand je lui dis :

« Mais non, il faut frotter le rond jaune de gauche …

– Je veux comme je veux ! me répond-t-il »

Continuer la lecture de Nouvelles lectures du soir

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sa petite bibliothèque bien garnie de romans

Il y a quelques mois encore, je me languissais de voir mes enfants prendre un livre de plus de 20 pages et le lire avec plaisir. La jalousie et l’envie sont de très vilains défauts mais j’enviais les parents de ceux qui dévorent de gros romans sans images à moins de 10 ans.

J’aime énormément lire – quand je trouve le temps – et je trouvais dommage que mes enfants ne suivent pas ce chemin.

En même temps, je suis un peu injuste car, si je remonte le fil de ma vie, il ne me semble pas qu’à leur âge je lisais des romans sans images … A leur âge, j’adorais lire mes Martine. C’est tout.

J’ai pris goût aux romans au collège, grâce à ma prof de français.

Chupa a 9 ans, elle est au CM1, et depuis quelques mois, elle dévore les romans jeunesse, ce qui me ravit.

Parfois, je me demande si elle ne fait pas cela pour que je sois fière d’elle, mais finalement non, puisque un jour, elle m’a dit :

« J’adore lire des histoires qui me font rêver »

C’est tout à fait ça la lecture -enfin tout dépend le choix du livre – ça fait rêver, ça stimule l’imaginaire.

Chupa est devenue une ruine en livres puisque nous n’avons pas d’abonnement dans une bibliothèque et que j’achète neuf, mais ça me fait plaisir de lui offrir ces moments d’évasion.

Chaque soir, elle lit minimum 30 minutes.

En ce moment, son lit de chevet est « Le roman d’Ernest et Célestine » de Daniel Pennac : l’histoire de la petite souris et du grand ours. Une douce histoire mais sans image et de 200 pages tout de même.

En parallèle, elle lit également le livre qu’elle a eu en février avec son abonnement MaxiMax à l’école des Max. Chaque mois, les albums jeunesse qu’elle reçoit avec l’abonnement lui plaise. Je ne suis pas déçue de l’avoir fait, même si elle est la seule de sa classe à être abonnée. Ce mois-ci, le roman est Histoires d’enfants à lire aux animaux. Parfois, elle me demande la signification de certains mots, ou je l’entends dire « Beurk ». Continuer la lecture de Sa petite bibliothèque bien garnie de romans

Rendez-vous sur Hellocoton !

Et le mot magique ?

mot magique

Quand des parents me disent que T-Biscuit est un garçon adorable, calme, studieux et poli, je ris intérieurement. Il sait bien cacher son jeu. Il réserve son visage de pacha tyrannique pour la maison.

Un jour, il y a fort fort longtemps, il a décidé que la politesse entre membres d’une même famille était totalement superflu, un truc tout bidon dont il ne fallait pas s’encombrer.

Pour être honnête, il a fallu être patient, très patient, pour que T-Biscuit dise bonjour à sa maîtresse, aux invités que nous recevions ou aux voisins croisés dans la rue. Pour le « bonjour » à la maîtresse, Chichi suit le même chemin. Par contre, mon tout-petit éprouve moins de difficulté à dire au-revoir, tellement il est heureux de partir.

Malgré tout, il semblerait que T-Biscuit soit désormais poli en dehors de la maison parce qu’il sait que c’est une règle de vie en société.

Mais à la maison, j’ai le sentiment que pour lui, c’est une attention de chaque instant pour ne pas sombrer dans la politesse. Bien penser à ne pas dire « s’il te plait » en demandant un verre d’eau ou son goûter. Paraître le plus insolent possible en exigeant son goûter tout de suite. Voire finir par faire du chantage : « Si tu ne m’amènes pas mon goûter tout de suite, j’embête Chichi ! ».

Je crois que pour lui, tout cela n’est qu’un jeu entre nous et ça le fait rire. J’irai même jusqu’à dire qu’au fond, c’est une preuve d’amour, une façon de dire « Je me permets de faire cela avec toi parce que tu es ma mère (ou mon père) et que nous nous aimons malgré tout, pas besoin de confettis et fausses paillettes entre nous ».

Continuer la lecture de Et le mot magique ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Intemporels des tout-petits

3 petits cochons

Il y a quelques mois, je me lamentais de voir mon tout-petit si peu intéressé par les albums jeunesses, moi qui ne demandais qu’à en acheter plus tellement je les trouve beaux et magiques.

Puis il y a eu la rentrée des classes et le miracle a eu lieu semble-t-il. Chichi me demande désormais chaque soir quelques histoires avant de s’endormir.

Un jour, en rentrant de l’école, il m’a annoncé qu’il voulait une histoire des 3 petits cochons.

J’ai cherché si nous avions déjà cela dans notre grande collection d’albums jeunesses dont beaucoup proviennent d’abonnements faits à l’école avec l’école des max (d’ailleurs, je regrette de ne pas avoir abonné Chichi cette année car les albums semblent chouette … seule Chupa est abonnée).

J’ai trouvé « Igor et les trois petits cochons » de Geoffroy de Pennart. Je me suis souvenue de l’époque où Chupa avait étudié ses albums en classe et avait souhaité que j’en achète car elle adorait Geoffroy de Pennart. Tout comme par la suite, elle avait adoré Christian Voltz.

J’ai donc entrepris de lire cette histoire de 3 petits cochons à Chichi.

Il m’a vite interrompu parce que les cochons ne pouvaient pas se prénommer Raphaël ou le loup Igor … Ils devaient se prénommer Nif-Nif, Naf-Naf, Nouf-Nouf et le Grand Méchant loup.

J’ai donc modifié chaque nom de l’histoire. Mais cela n’a pas suffi, car quand j’ai lu :

« Naf-naf, le benjamin … »

Mon tout-petit m’a aussitôt crié :

Continuer la lecture de Intemporels des tout-petits

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les Histoires du Soir de mon Tout-Petit [Décembre 2014]

Longtemps, je n’ai pas eu à raconter d’histoire à Chichi le soir, au coucher. Il ne restait pas attentif. Pour lui, lire une histoire, c’était feuilleter chacun de son côté un album. Je crois que l’école a changé tout cela. Là-bas, il a appris à rester calme et à écouter quand la maîtresse lit un conte.

Comme c’est plus rigolo de passer d’un extrême à l’autre, Chichi réclame plusieurs histoires le soir. Genre 3 ou 4.

Il accroche beaucoup avec la collection de P’tit Loups chez Auzou. Nous avions quasiment toute la collection des p’tits albums d’Auzou et presque toutes les histoires du loup d’Oriane Lallemand et Eleonore Thuillier. Je lui avais acheté les 2 premiers albums puis sa Manou lui en a offert 2 autres. Il voudrait les 4 derniers. Chaque soir, il faut en lire minimum 2. Et en ce moment, mon tout-petit a décidé de tous les retitrer « Pitit Loup attend le Père Noël ». Oui ! Même si en réalité, il découvre un pot dans son jardin ou refuse de partager son puzzle avec sa cousine.

Je crois qu’il les connait presque par coeur désormais et m’interrompt quand je fais exprès de raconter n’importe quoi. Aussi, il aime dire que P’tit loup, c’est lui.

Continuer la lecture de Les Histoires du Soir de mon Tout-Petit [Décembre 2014]

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mon Tout-Petit a retrouvé son Prénom

LIVRE PRENOM 2

Quand Chupa était petite, j’avais reçu un livre personnalisé pour elle. Toute la famille y était citée, dans une histoire gourmande. Honnêtement, le livre était bien mais les illustrations et la qualité ne me convenait pas réellement, Ensuite, j’ai toujours refusé de recevoir des albums jeunesses personnalisés pour mes doudoux, les illustrations ne me séduisant pas, la plupart du temps.

Puis, il y a quelques semaines, on m’a proposé de recevoir un album jeunesse personnalisé intitulé « The Little Boy who lost his name!« . Mes doudoux n’étant pas bilingues, j’ai hésité … les illustrations semblaient si douces, si poétiques, j’avais envie de le découvrir.

Finalement, avec un peu de patience, la version française est arrivée. On m’a proposé de m’envoyer le livre personnalisé pour Chichi. Je ne pouvais pas refuser. Ma passion pour les livres l’emporte.

Dans ma boîte aux lettres, c’est un album personnalisé pour Chichi mais également un pour Chupa que j’ai découvert.

Ma mère était là le jour où nous les avons reçu. Chichi lui a vite apporté pour qu’elle lui lise l’histoire : son histoire ! C’est un hasard, mais le petit garçon de l’album ressemble à Chichi. Même coupe, même couleur de cheveux. Chupa aussi arrive à s’identifier dans l’image de la petite fille, même si elle a les cheveux plus courts qu’elle.

Attentif, Chichi a écouté. Quelle fut sa surprise de découvrir à la toute fin du livre que c’était son histoire, celle d’un petit Chichi qui avait oublié son prénom et qui au fil d’un parcours semé de belles rencontres, le retrouve et peut alors s’endormir serein.

Continuer la lecture de Mon Tout-Petit a retrouvé son Prénom

Rendez-vous sur Hellocoton !

Grâce à leurs Mères ?

Trois filles et leurs mères

Je m’interroge souvent sur ma relation mère-fille avec Chupa. Elle me paraît si compliquée, cette relation, par rapport à celle que j’ai avec T-Biscuit et Chichi. J’ai l’impression qu’il y a beaucoup plus d’enjeux ou qu’elle pourrait plus facilement me rejeter que ses frères. Nous sommes tellement différentes que j’ai souvent du mal à la suivre (et pas beaucoup de volonté aussi)

Peut-être que plus tard, elle dira que je n’étais pas une mère assez câline, froide, distante. Pourtant des câlins et des bisous, elle en a eu des tas, mais on dirait qu’elle les a oublié. Maintenant, je les réserve à Chichi parce qu’il est petit et que j’ai plus de facilité à bisouiller un tout-petit.

Par contre, je n’ai jamais vraiment analysé mes relations avec ma mère. Certainement parce qu’il n’y a rien qui puisse être analysé. Ma mère n’a pas été trop étouffante, envahissante, possessive, exigeante ou dure. Du moins, je ne l’ai jamais ressenti de cette façon. Je ne lui reproche rien.

Elle n’a jamais contrôlé de près mes lectures. A l’adolescence, j’ai ainsi pu prendre goût à la lecture, en ayant pour auteurs de chevet Aldous Huxley, Balzac, André Camus ou Emile Zola. Emile Zola, voilà un auteur dont j’ai lu plusieurs romans. Cet été, ça m’a d’ailleurs fait sourire de découvrir que l’auteure Colette avait été interdite de lire Zola par sa mère Sido qui trouvait les récits bien trop crus pour une jeune demoiselle de bonne famille.

Oui, parce que pendant mes vacances, j’ai dévoré la biographie romancée « Trois filles et leurs mères » de Sophie Carquain. Cette biographie romancée raconte les relations que Marguerite Duras, Simone de Beauvoir et Colette, 3 écrivains ayant vécu à une même époque, ont eu avec leurs mères. L’auteure y apporte également quelques touches personnelles de sa propre expérience de fille puis de mère, sans oublier, la façon dont elle est tombée amoureuse de la littérature à l’adolescence en achetant par hasard « Un barrage contre le Pacifique » de Marguerite Duras.

En débutant ma lecture, j’ai pensé que le comble était que je n’avais jamais lu aucune des 3 écrivains. J’ai juste vu l’adaptation cinématographique de « L’amant ».

Malgré tout, j’ai plongé dans ces histoires mères-filles du début du XXème siècle. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à mes grands-mères, ayant grandi à la même époque. D’ailleurs, je suis certaine que leurs biographies romancées auraient été tout aussi passionnantes, même si elles n’ont pas fini femmes de lettres.

Continuer la lecture de Grâce à leurs Mères ?

Rendez-vous sur Hellocoton !