Archives pour la catégorie Mon Bébé de Mars 2011

Pardon Maman

chambre-bazar-enfant-4-ans

Les vacances scolaires ont transformé mon tout-petit. Pas de doute, il est beaucoup plus zen depuis que je lui réponds que demain, il n’y aura pas école. Hier soir, dans son lit, il a même poussé un petit « Ouais ! » quand je lui ai dit.

Il était temps que ces vacances arrivent. Mes doudoux n’en pouvaient plus. Pourtant par rapport à certains enfants, ils ont un rythme plutôt cool puisqu’ils ne vont pas à la garderie et ne vont pas au centre de loisirs durant les vacances scolaires. Parfois, j’en viens à me demander comment mes grands faisaient pour supporter un rythme aussi soutenu. Certes, Chupa était capable de s’endormir sur le lino à 18h30 et T-Biscuit faisait colère sur colère. Mais je n’avais pas d’autres choix.

Bref, je ne cherche pas à mettre des mots sur les maux du passé, ni à culpabiliser les parents qui ne peuvent faire autrement. Pendant 7 ans, mes grands ont connu cet enchaînement d’école, garderie et centre de loisirs. Ils ont survécu et ne s’en plaignent pas. Juste qu’avec du recul, je n’ai pas envie de faire subir ce rythme à mon tout-petit.

Enfin, revenons au sujet de départ : Chichi est super souriant en ce moment. Certes, il continue à fouiller dans les tiroirs des bureaux de son frère et sa sœur. Certes, il continue à faire de petites bêtises comme boire tout le contenu de la bouteille de jus de citron, renverser 2 fois de suite sont verre d’Oasis, à déballer tous ses jouets … mais il a trouvé une douce façon de tout faire passer, une douce méthode pour ne pas me faire râler.

A chaque fois que je lui fais part de mon mécontentement, il baisse la tête, regarde le sol et articule un tout doux :

« Pardon maman »

Comment ne pas lui pardonner ?

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bientôt 4 ans et toujours cette angoisse de la séparation

frere et soeur

Dans le carnet d’évaluations de Chichi, sa maîtresse a notifié que mon tout-petit a toujours besoin de l’intervention d’un adulte pour quitter ses parents et qu’il a encore des difficultés à laisser son objet transitionnel.

Dans la classe, le jour où j’ai récupéré ce carnet d’évaluations, sur le tableau, il était écrit : « Ce matin, S n’a pas pleuré en arrivant« . Je me suis demandée si la maîtresse notait la même chose concernant Chichi les jours où il ne pleure pas. Ce matin là, nous étions arrivés en retard il me semble et Chichi avait pleuré quand je l’avais confié à une Atsem il me semble.

Il y avait de nombreux parents qui souhaitaient discuter avec la maîtresse. Chupa avait danse juste après et je me suis dit que j’aurai de nombreuses autres occasions de discuter avec elle étant donné que, contrairement à d’autres parents, je peux la voir le vendredi midi. Alors je suis partie avant d’en parler avec elle.

J’avais envie de lui dire que les difficultés de Chichi à se séparer de moi ne se limitent pas au cadre de l’école. Mon tout-petit aime aller à l’école, mais le moment de se séparer, quelque soit l’endroit est toujours compliqué.

Dans 2 semaines, Chichi aura 4 ans. Oui, déjà. C’est un grand. Et pourtant, chaque dimanche matin, quand je décide d’aller me doucher, il me suit jusque devant la porte, me demande de multiples câlins comme si nous allions nous séparer pour plusieurs jours, et malgré tout, une fois la porte refermée, il pleure. Je prends donc souvent mon bain du dimanche matin avec en musique de fond un pas très mélodieux « Maman sort !« . Quand je sors enfin, il me regarde méchamment et me dit : « Pourquoi tu t’es lavée maman ? Tu ne devais pas te laver !« 

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mon petit Tsunami

hulk-tout-casser

Quand je le vois foncer sur moi le soir, à la sortie de l’école, courir et balayer tout sur son passage, puis me percuter sans avoir ralenti une seconde avant le choc, je me dis qu’il n’y a pas de doute, mon tout-petit est bien né le jour d’un tsunami. Il est lui même un tsunami avec un trop plein d’énergie.

Quand il passe en courant à côté d’elle, sans qu’elle ait pu l’attraper au passage, l’Atsem dit qu’elle a vu une fusée passer. Mais moi, je sais qu’il est comme une grosse vague et parfois j’ai peur pour les tout-petits sur son passage, parce que si je ne l’arrête pas, il pourrait faire comme les rugbymen dans une mêlée. Il joue des épaules.

Dans le couloir, là où sont les portes-manteaux, il y a quelques impressions de photos en noir et blanc d’une séance de motricité à base de foulards. Chichi est dans un groupe de 4 enfants. Quand T-Biscuit a vu la photo, il a éclaté de rire et a appelé son petit frère GodZilla. On le sait depuis longtemps qu’il est ChichiZilla, mais là, dépassant les autres enfants de son groupe d’une tête, avec ses cheveux qui font comme une crête sur sa tête, c’est encore plus flagrant. Il a l’air d’une brute aux côtés de 3 petites choses frêles et inoffensives. Pourtant, il n’est pas géant. Ceux de mars comme lui sont à peu près de la même taille, à quelques centimètres près.

Souvent, pour aller à l’école ou à la sortie des classes, je le porte. Il est lourd et plutôt grand, mais je le porte pour le garder en eaux calmes. Si je le pose, il commence à faire des vagues. Il tourne, il saute puis il se met à courir vite, de plus en plus vite.

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Quand va-t-il arrêter de faire des Expériences ?

chichi hamac

Je ne sais pas ce qu’on peut réellement appeler « bêtises » concernant toutes les expériences que peuvent faire nos enfants … A nos yeux, ce sont des bêtises, mais pour eux, c’est seulement « vivre », « tenter » et « essayer ».

Je n’arrête pas de dire que Chichi est le roi des bêtises. Oui, ça m’exaspère de continuellement découvrir les nouvelles expériences qu’il a tenté en cachette et qui me donne du travail en plus. La plupart des choses, désormais, il sait qu’il n’a pas le droit de les faire, pourtant, il les fait, encore et encore. Je lui redonne les objets interdits pour lui montrer que je lui fais confiance, mais aussi pour faire taire les cris, mais il recommence.

J’ai cru que je ne lui accordais pas assez de temps, qu’il cherchait à attirer mon attention. Il me dit qu’il a besoin de moi et que c’est pour cela que chaque matin, il pleure quand je le laisse à l’école, même si ensuite, tout se passe très bien.

J’ai passé du temps avec lui. Je l’ai occupé, j’ai joué, mais il a attendu d’être dans son lit, à l’heure de dormir, pour tenter ses expériences.

Il a voulu repeindre son lit blanc en noir, avec un feutre.

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comme un Ouistiti

2014-11-26 02.16.24Ce matin là, j’étais fière de moi.  A 8h38 à peine, nous étions dans la voiture.  J’avais l’espoir que les 2 portes d’entrée de l’école maternelle soient encore toutes les 2 grandes ouvertes à notre arrivée.

Sur le chemin menant de la voiture à l’école, soit environ 300 ou 400 mètres, j’ai du mal à évaluer les distances, je marchais à vive allure sur des talons de 5cm, mon max, et portant mon 18kg dans les bras, pour ne pas perdre de temps.  La brise fraîche du matin faisait larmoyer mon oeil droit, comme tous les matins. J’aime débuter mes journées avec la tête de la mère de famille désespérée que ses enfants ont déjà réussi à faire pleurer, même si c’est faux. En vrai, je pourrais régler cela en quelques séances d’orthoptie mais je fais au plus vite en réglant mes soucis à coup d’ibuprofene. Ce jour là d’ailleurs, ma mère a tenté de me rendre aveugle en me montrant un album jeunesse gris avec du orange fluo contrastant, sous un néon.  Le résultat a été immédiat.  Mes yeux n’ont pas supporté et la migraine ophtalmique a été directe.

Enfin, je faisais donc ma marche rapide matinale lestée de 18kg et je franchissais la ligne d’arrivée avec le peloton, heureuse de notre exploit.

Dans la bonne humeur, je notait un C, à côté du prénom du Chichi, pour cantine, pensant déjà à mon resto du midi, puis je checkais l’état du bavoir.

Pendant le câlin interminable de Chichi devant sa classe, je me disais à moi même que certains parents prenaient l’école pour un gala, en observant une petite fille vêtue de sa plus belle robe à volants, parfaitement parfaite pour Noël.

J’entendais encore les pleurs de Chichi quand dans la salle de motricité, j’ai croisé ce monsieur répandant des balles de plastique colorées sur le sol, sous des projecteurs.  Je ne savais pas qu’un spectacle était prévu …

Puis, sortant de l’enceinte de l’école, j’ai entendu : Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Choisir son siège auto groupe 1/2/3 : avec ou sans bouclier ?

siege-auto-1-2-3

Ouf, avec Chichi ont a échappé à la nouvelle norme des sièges auto. Certes, il n’a pas encore 4 ans, il pourrait donc encore être dos à la route, mais vu son gabarit, c’est comme s’il avait 4 ans côté poids et taille.

Du coup, son siège auto groupe 0+/1, bah il est temps de le changer. En double exemplaire, puisque pour le moment, nous avons toujours 2 voitures.

Dans la voiture de MrRéglisse, le vieux siège auto groupe 1/2/3 ayant servi pour T-Biscuit puis pour Chupa peut encore être réutilisé une 3ème fois maintenant que je lui ai fait un grand nettoyage après son séjour prolongé à la cave.

Mais pour le Scénic, la voiture dans laquelle Chichi prend place quasiment tous les jours, ce serait bien que le siège auto groupe 1/2/3 soit neuf, avec toutes les normes demandées. Pour le moment, ce n’est pas le cas.

Désormais, il existe de nombreux sièges auto groupe 1/2/3, comme ceux vendus ici, avec un bouclier comme protection pour maintenir l’enfant, plutôt que des sangles avec des attaches. Je n’ai jamais testé ce genre de siège auto avec mes enfants. Je me demande si mon tout-petit supporterait et adopterait le bouclier. En tout cas, les modèles proposés par Cybex, Concord ou Kiddy sont vraiment jolis. Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Il s’appelle Ratou

doudou-dans-un-chausson

Il s’appelle Ratou petit Panda Roux. Il a vécu des tas d’aventures qui nous ont fait sourire. Il est entré chez nous un jour de juillet 2011. Avant, il attendait patiemment d’être adopté, dans la boutique souvenirs du refuge de l’Arche, coincé entre des ratons laveurs et d’autres pandas roux, souvent confondus avec des ratons laveurs marrons, ce qui n’existe pas.

Il y a des tas d’enfants qui n’ont pas de doudou. Ou alors pas de doudou fétiche.

A 10 ans 1/2, T-Biscuit m’a récemment demandé de recoudre le doudou qui le suit depuis presque toujours [ il a eu des clones, chuuut] parce qu’en dormant, il avait déchiré le « nin-nin » que son doudou avait de cousu entre les pattes.

Chupa, son doudou fétiche lui a été retiré, parce que c’était à cause de lui qu’elle suçait sans cesse son pouce. Mais on l’a gardé.

Puis, il y a Chichi et Ratou. Une histoire qui me semblait durer pour toujours.

Pourtant … pourtant, un midi, quand j’ai proposé à mon tout-petit de prendre son Ratou pour la sieste à l’école, il l’a fourré dans mon chausson puis est allé chercher un autre doudou.

Aujourd’hui, Ratou passe ses journées dans le lit de Chichi. Et la nuit venue, il n’a pas le droit à plus de câlins qu’un autre doudou de son lit. Plus de gratte-gratte sur le nez. Je redoute le jour où il me demandera de le mettre dans le coffre à doudous, là où il y a des dizaines de doudous sans câlins qui attendent, des doudous que j’aimerai faire adopter par d’autres enfants qui les choieraient.

Je devrais me réjouir que Chichi lâche son doudou à 3 ans 1/2. C’est en quelque sorte comme s’il coupait le cordon. Une façon de prouver qu’il grandit.  Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !